DISPONIBLES À LA VENTE AU FORMAT NUMÉRIQUE

- Les articles, entretiens, portraits et notes de lectures depuis avril 2015
- Les numéros de la revue depuis sa création en novembre 1908

Tous les numéros

ABONNEMENT

Recevez la NRF au format numérique dès parution ! Cet abonnement, pour une année, comprend 6 numéros.

Je m'abonne à la revue numérique

LE DERNIER NUMERO DE LA REVUE

La Nouvelle Revue Française

Janvier 2020

La Nouvelle Revue Française, n° 640

À l’affiche de la NRF janvier 2020, le discours prononcé par Annie Ernaux à l’occasion du prestigieux prix Formentor qui lui a été décerné. Avec une rare justesse de ton, elle livre avec ce discours une ratification de son travail littéraire depuis plus de trente ans : contre l’humiliation sociale, la honte d’avoir honte, elle a gagné sa bataille d’écrivain.En littérature contemporaine, les auteurs de la rentrée de janvier se livrent à l’exercice de parler de leurs livres sans autopromo : Agnès Riva et le monde secret de l’enfance, Alain Blottière, rimbaldien de voyage et d’esprit, Alexandre Postel, guetteur de Flaubert à Concarneau, Côme Martin-Karl, analyste caustique des extrêmes dans toute leur trivialité et Elena Costa, observatrice modianesque des premiers temps d’un jeune provincial à Paris.

Le thème de l’impatience ne touche pas que les gilets jaunes en colère. De Sénèque à Tchouang tseu, du monde latin à l’antiquité chinoise, l’impatience est une école insatiable de contradictions. Romain Slocombe Chantal Thomas, dessinent d’autres perspectives inattendues.

Cinquante ans après mort de l’auteur de La peste, Albert Camus et Elsa Triolet sont les invités inattendus de ce numéro, sous la forme d’un échange de lettres inédites. A noter enfin l’arrivée de Maurice Genevoix au Panthéon dans la Chronique de l’amateur de Michel Crépu, et es notes de lecture, toujours attentives à la littérature qui vient.



> Lire la suite


La revue 10,99 €

TELECHARGER
 

Pascal Quignard, l’héritier solitaire

Mais que fabrique Pascal Quignard ? On le croyait perdu en un quelconque corridor de la bibliothèque latine, à moins qu’il ne s’agît d’un de ces poètes chinois dont il a la garde, ou bien encore appliqué au déchiffrage d’un fragment inédit d’Ovide, passé inaperçu. Le voici, ce matin[1], assis à la table de Lord Chandos, correspondant célèbre de Hugo von Hofmannsthal, resté célèbre pour cette Lettre à lord Chandos qui demeure tout simplement aujourd’hui le texte capital pour quiconque médite la maladie littéraire du XXe siècle.

Recevoir une alerte à chaque publication d’un article
> Toutes les actualités
 
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.