78e Festival d'Avignon, Café des idées
Les mille et une vie de Don Quichotte

Avec Laure Murat historienne et écrivaine, Albert Serra réalisateur, Gwenaël Morin metteur en scène de Quichotte, Angélica Liddell metteuse en scène de DÄMON.

Animé par Olivia Gesbert rédactrice en chef de la Nouvelle Revue française.
Retour sur la recontre
L'époque est-elle encore surréaliste ?

Le 13 juin 2024 en librairie, avec Philippe Forest, Nicolas Mathieu, Mohamed Mbougar Sarr, Éric Reinhardt, François Sureau, Yasmina Reza, Delphine de Vigan...

n°658
©

Marion Fayolle

Agenda

Au festival d'Avignon :

  • - Le samedi 20 Juillet à 11h30 au Cloître Saint-Louis : conversation avec Marie N'Diaye et Delphine de Vigan.

Toutes les rencontres
 

ÉDITORIAL 

Lisez le monde avec ceux qui l'écrivent !

Olivia Gesbert


La NRF est la revue des écrivains. Depuis cent quinze ans, ils lui fixent sa conduite en animant dans ses pages leur passion pour la littérature et les idées de leur temps. Fondée par un groupe d’amis réunis autour d’André Gide, elle a toujours accueilli des plumes reconnues aux côtés d’autres prometteuses. Fidèle à son identité, et dans un même esprit d’ouverture, La NRF continue à réunir les plus belles voix de la littérature pour entretenir la conversation des écrivains, renseigner son époque et raconter un monde en plein bouleversement, par des entretiens au long cours, des récits sensibles, des réflexions critiques sur le roman, le théâtre ou encore la poésie. Et par le pur produit de leur imagination comme en atteste La Fiction de François Sureau.

Cet été, à l’occasion du centenaire du premier Manifeste d’André Breton, interrogeons l’héritage du surréalisme. La littérature peut-elle toujours de nos jours laisser libre cours aux rêves et à l’imagination ? Illustré par Marion Fayolle, le Dossier de La NRF rassemble des textes inédits d’écrivains qui n’ont pas renoncé à faire de la liberté, de l’amour, de l’inconscient, des clés de compréhension du monde actuel. Faire « le procès de l’attitude réaliste » avec l’auteur de Nadja n’est plus un préalable nécessaire, « ne pas alourdir ses pensées du poids de ses souliers » reste néanmoins recommandé.

Et c’est donc l’esprit léger que La NRF dresse cet été un pont avec le Festival d’Avignon et vous invite au théâtre dans le texte. Tiago Rodrigues, Delphine de Vigan, Marie NDiaye, Pauline Peyrade, Guillaume Poix… Ils font naître des mondes nouveaux, avec leurs mots, sur toutes les scènes européennes. Pour ce numéro, éditeurs, dramaturges, metteurs en scène, un écuyer-scénographe et un chorégraphe explorent les nouveaux chemins de l’écriture théâtrale.

En faisant de la fiction sa réalité, en s’inventant une langue, Don Quichotte a lui aussi encore beaucoup à nous apprendre. L’artiste espagnole Angélica Liddell a choisi de lui confier sa colère dans un texte-manifeste et ANTIPATRIOTE, où elle appelle le héros de Cervantès au chevet d’un monde qui pense pouvoir se passer des artistes, méprise la beauté et raille la folie donquichottesque.

Tout au long de ces pages, les écrivains vous invitent à lire des livres qui ont changé leur vie, comme une dette littéraire infinie. Ni écrasant, ni inhibant, ce passé est un terreau fertile pour les imaginaires. Pour savoir où l’on va, il est bon de savoir d’où l’on vient, La NRF le sait bien, qui a inscrit la nouveauté dans son sigle rouge « obsédant » (Jacques Réda), dessiné par Jean Schlumberger, recomposé aujourd’hui à l’image d’une partition.

Avec « Art », son succès aussi vient de loin. Dans le grand entretien, retour aux sources d’une écriture guidée par le rythme, celle de Yasmina Reza, voix inclassable du théâtre contemporain. Dans une de ses pièces, la dramaturge écrit : « On vient de loin. On fait de notre mieux. Mais parfois on ne sait pas ce qui nous prend. » On ne saurait mieux dire.

Printemps, été, automne, hiver, la NRF fait peau neuve et vous donne désormais rendez-vous quatre fois par an.

Par Olivia Gesbert


n°658

Sommaire


> Les dessins

Marion Fayolle

Bouquet-tête, Tête-escargot, Tête-arc, Serre-Livres, Tête-cheval, Tête-Livre
> Les voix du théâtre

Yasmina Reza

Écrire, tout un "Art" (>>)

> Les idées

Antoine Gallimard

Le livre et l’IA : un pacte faustien ? (>>)

> La Fiction

François Sureau

Mon bagage (>>)

> Le dossier
L'époque est-elle encore surréaliste ?
> Introduction
  • Alban Cerisier, Un ailleurs en nous-mêmes (>>)
> D'un siècle à l'autre
  • Louis Aragon, Toutes choses égales par ailleurs (>>)
  • Philippe Forest, Un panorama et quelques clefs (>>)
> Surréalismes d'aujourd'hui
  • Mohamed Mbougar Sarr, Qu'est-il advenu du rêve surréaliste ? (>>)
  • Nicolas Mathieu, Refaire l'amour fou (>>)
  • Marie Modiano, Soupirs et merveilles (>>)
  • Frederika Amalia Finkelstein, L'existence est ailleurs (>>)
  • Thomas Vinau, Sauver quelque chose du monde (>>)
  • Ryôko Sekiguchi, Guirlandes (>>)
  • Grégory Le Floch, Des loups entre les tombes (>>)
> Un simple regard
  • Éric Reinhardt, 23 juin 1942 (>>)
> Le cahier
critique

  • Clément Ribes, a relu Jon Fosse, Prix Nobel de littérature (>>)
  • Olivier Barrot a lu trois pièces :
  • - Même si le monde meurt ou le tout grand voyage de Laurent Gaudé
  • - Ces filles qu'on attend de Claudine Galea
  • - L'acteur, ça se saurait s'il servait à quelque chose de Pierre Notte (>>)
  • Jean d'Amérique a cheminé avec Fajar ou l'Odyssée de l'homme qui rêvait d'être poète d'Adama Diop (>>)
  • Jakuta Alikavazovic chronique Le Banquet des Empouses d’Olga Tokarczuk (>>)
  • Benjamin Hoffmann a lu Châtiment de Percival Verett (>>)
  • Xabi Molia a philosophé avec La Part sauvage d'Erwan Desplanques (>>)
  • Cyrille Falisse a parcouru Chemins de fer du Mexique de Gian Marco Griffi (>>)
> Ouvertures
Le théâtre dans le texte
> Le livre-boussole
  • Olivia Gesbert, Un été donquichottesque (>>)
  • Angélica Liddell, ANTIPATRIOTE (>>)
> En scène !
  • Delphine de Vigan, Les Figurants (>>)
  • Bartabas, Le Centaure et l’animal, carnet de création (>>)
  • Tiago Rodrigues, Le dernier reportage (>>)
  • Marie NDiaye, Y penser sans cesse (>>)
  • Pauline Peyrade, Pauline, un portrait et Femme à la hache (>>)
  • Boris Charmatz, Le chaos et le brouillon (>>)
> L'auteur et son double
  • Guillaume Poix, Il n'y a plus d'auteurs de théâtre (>>)
  • Blanche Cerquiglini, Les classiques sous emprise (>>)
  • Séverine Chavrier, Les Paradoxes du comédien par Laurence Marie (>>)