Février 2021

  • FITZGERALD MAINTENANT
    | Publié le : 25/02/2021

    Les circonstances actuelles favorisent la lecture, sans contredit. Nous avons rouvert, ces derniers jours de pluie, notre vieille édition de Gatsby le magnifique chef d’œuvre de Scott Fitzgerald. Nous en avions gardé un souvenir essentiellement cinématographique. Le cinéma a donné le visage de Robert Redford à celui de Gatsby et rien n’a pu modifier ce rapport de force écrasant. Philippe Jaworski, éditeur en Pléiade du volume « romans » de Fitzgerald ne manque pas de souligner ce point important...

    > Lire la suite

  • L’ETNA ENFIN
    | Publié le : 18/02/2021

    L’arrivée du printemps dans les lointains apporte avec elle une atmosphère de quasi joie. Les vaccins sont l’arme au pied, mais il y a désormais beaucoup mieux que la seringue anglaise ou chinoise. Il y a l’Etna. Le cher volcan a toussé hier comme on ne l’avait pas entendu depuis longtemps. Immédiatement, on comprend que ça ne plaisante pas. Les ruines de Pompéi ont toujours l’air d’avoir été carbonisées de la dernière minute. Une toux de l’Etna sonne comme une sorte de tocsin d’avant poste.

    > Lire la suite

  • L’ETNA ENFIN
    | Publié le : 18/02/2021

    L’arrivée du printemps dans les lointains apporte avec elle une atmosphère de quasi joie. Les vaccins sont l’arme au pied, mais il y a désormais beaucoup mieux que la seringue anglaise ou chinoise. Il y a l’Etna. Le cher volcan a toussé hier comme on ne l’avait pas entendu depuis longtemps. Immédiatement, on comprend que ça ne plaisante pas. Les ruines de Pompéi ont toujours l’air d’avoir été carbonisées de la dernière minute. Une toux de l’Etna sonne comme une sorte de tocsin d’avant poste.

    > Lire la suite

  • UNE AMITIÉ DE FER
    | Publié le : 11/02/2021

    Avec le recul, aujourd’hui, on voit mieux quel genre de monument a été René Char, l’auteur avec Breton qui dépassait de notre poche dans les couloirs du lycée. « Fureur et mystère », «Seuls demeurent », les « Feuillets d’Hypnos », ces titres qui sont restés gravés alors même que nous étions pareils à des gamins tournant autour du monstre sans y comprendre grand-chose. Le temps a passé, ce qui semblait sublime paraît s’être quelque peu effacé dans l’atmosphère, et ce qui ne méritait pas notre attention a fini par s’imposer.

    > Lire la suite

  • UN SOIR AVEC LE CHAT DE NAIPAUL
    | Publié le : 04/02/2021

    C’est la bonne surprise de la semaine, un minuscule inédit[1] de V.S Naipaul, mort en 2018, alors que la gloire littéraire commençait déjà de se retirer de son œuvre. Il faut dire que le célèbre natif de Trinidad devenu un familier d’Oxford avant de voyager à travers le monde, n’avait pas lésiné sur l’art de se rendre détestable, multipliant les piques à l’endroit de l’Establishment moral, laissant derrière lui une œuvre dont on ne sait pas si elle sera jamais lue véritablement pour ce qu’elle est – à savoir une éblouissante leçon de géopolitique à l’échelle du minuscule.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

FITZGERALD MAINTENANT
Les circonstances actuelles favorisent la lecture, sans contredit. Nous avons rouvert, ces derniers jours de pluie, notre vieille édition de Gatsby le magnifique chef d’œuvre de Scott Fitzgerald. Nous en avions gardé un souvenir essentiellement cinématographique. Le cinéma a donné le visage de Robert Redford à celui de Gatsby et rien n’a pu modifier ce rapport de force écrasant. Philippe Jaworski, éditeur en Pléiade du volume « romans » de Fitzgerald ne manque pas de souligner ce point important...

L’ETNA ENFIN
L’arrivée du printemps dans les lointains apporte avec elle une atmosphère de quasi joie. Les vaccins sont l’arme au pied, mais il y a désormais beaucoup mieux que la seringue anglaise ou chinoise. Il y a l’Etna. Le cher volcan a toussé hier comme on ne l’avait pas entendu depuis longtemps. Immédiatement, on comprend que ça ne plaisante pas. Les ruines de Pompéi ont toujours l’air d’avoir été carbonisées de la dernière minute. Une toux de l’Etna sonne comme une sorte de tocsin d’avant poste.

L’ETNA ENFIN
L’arrivée du printemps dans les lointains apporte avec elle une atmosphère de quasi joie. Les vaccins sont l’arme au pied, mais il y a désormais beaucoup mieux que la seringue anglaise ou chinoise. Il y a l’Etna. Le cher volcan a toussé hier comme on ne l’avait pas entendu depuis longtemps. Immédiatement, on comprend que ça ne plaisante pas. Les ruines de Pompéi ont toujours l’air d’avoir été carbonisées de la dernière minute. Une toux de l’Etna sonne comme une sorte de tocsin d’avant poste.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.