Août 2019

  • Woodstock et après
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 29/08/2019

    La fin de l’été a vu célébrés les « cinquante ans » ans du festival de Woodstock. « Trois jours de paix, de musique et d’amour » : c’était le beau temps où les enfants de la Beat Generation écrivaient « free your mind » au revers de leur cartable. « Ouvrez votre esprit ». Que sont-ils devenus ? Les bons apôtres ne manquent pas de dresser le requisit impitoyable d’un naufrage de la civilisation humaniste occidentale, point d’orgue d’un long effondrement au travers duquel se glisse déjà le hideux visage de Charles Manson, assassin de Sharon Tate.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

OUBLIER TRUMP
On ne sait pas quoi faire de Donald Trump. N’y a-t-il pas, au Capitole, une salle de jeux pour enfants ? On pourrait le mettre là, en attendant l’interminable entrée en fonction de Joe Biden. Ou bien simplement le mettre en prison, avec une télévision de dessins animés dans la cellule. Les avis sont partagés.

DE LA DOUCEUR EN AMERIQUE
On pense bien sûr au roman de Philip Roth, « Le complot contre l’Amérique », on pourrait aussi, en remontant le temps, songer à la célèbre pièce de T. S. Eliot, « Meurtre dans la cathédrale », chercher à comprendre ce qui a lieu en ce moment même sous nos yeux, dans la stupeur. Constater d’abord ceci : contrairement à ce qui a été dit trop rapidement, il ne s’agit pas d’un « putsch ». Pour que l’on parle de putsch, il faudrait un effondrement des grandes institutions, une véritable prise de pouvoir. Ce n’est pas ce que nous avons vu.

EN RONDE AVEC L’ADJUDANT CASTEX
L’adjudant Castex fait sa ronde dans Paris désert. Il possède un gros sifflet en bois. Il chausse d’énormes souliers noirs, aux lacets de cuir. L’Etat commence là. Après, peut-être, un képi chamarré. Les retardataires du couvre-feu n’ont qu’à bien se tenir, le sifflet de l’adjudant sait où se cachent ces petits misérables qui croient pouvoir ruser avec l’Etat. Quand il embouche son gros sifflet, on l’entend jusqu’au zoo de Vincennes, au pavillon des singes et des lions. Ce qui est émouvant avec l’adjudant, c’est sa loyauté, son absence de calcul, de recherche d’effets.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.