Mars 2018

1 2
  • Drôles de journées
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 30/03/2018

    La cour des Invalides ne désemplit pas, à guichets fermés. Après Jean d’Ormesson, Arnaud Beltrame, qui a donné devant tout le monde un exemple bouleversant de courage et d’héroïsme. Les mots manquent naturellement pour dire le vrai de cette histoire qui convoque sans cesse le récit français. Du reste, Jean d’Ormesson n’était pas un héros au sens où l’est le colonel Beltrame, mais ils appartiennent tous les deux à ce grand récit dont on serait bien en peine de connaître l’auteur.

    > Lire la suite

  • Où en sommes-nous avec Debussy ?
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 22/03/2018

    Debussy est mort il y a cent ans. On peut dire que son œuvre est un des piliers de l’art musical du XXe siècle, de l’art et de la littérature tout court. Où en sommes-nous avec lui ? On peut juger cette question surannée, exotique. Le suranné et l’exotique ont un effet sourdement mortifère qui a d’ailleurs son charme insidieux. Mais le cas Debussy nous emmène plus loin : c’est le propre des grandes œuvres que de surmonter leurs effets mythologiques mortifères. La mer, le Prélude à l’après-midi d’un faune sont des mythes au charme profond...

    > Lire la suite

  • Lire, c’est imaginer
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/03/2018

    Hier encore, l’ouverture du salon du livre était un événement quasiment de même nature que le départ du Tour de France. On se rendait à la soirée d’inauguration en queue de pie, son carton à la main, en membre prestigieux du milieu de l’édition. Car si le milieu littéraire a disparu, le milieu de l’édition, lui, reste debout. Mais pour la première fois cette année, nulle annonce télévisuelle ni radiophonique. Ce matin sur les ondes, on parle de la huitième année de guerre en Syrie et les retraités sont dans la rue.

    > Lire la suite

  • Emil Cioran. Lettres inédites
    Actualité | Publié le : 09/03/2018

    On lira ici même un choix de six lettres adressées par Emil Cioran à son ami d’études Petre Tutea à l'époque de son départ de Roumanie pour Paris. Ces six lettres proviennent d’un ensemble de documents retrouvés dans les archives de la Securitate, l’ancienne police politique du régime communiste. On y retrouve le Cioran qu’on aime, l’écrivain qui a fait le voyage spirituel vers Paris, cette « France » des moralistes et d’un Voltaire acéré qu’il aime tant.

    > Lire la suite

  • Les notes de lecture de la NRF de mars en accès libre
    Actualité | Publié le : 08/03/2018

    Au menu du numéro de mars : Hedwige Jeanmart, John Herdman, Marilynne Robinson, Antoine Billot, Israël Joshua Singer et Melvil Poupaud, à découvrir ici !

    > Lire la suite

1 2
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

L’envol de Marc Fumaroli
Quand il entrait dans une salle, un amphithéâtre, un salon, Marc Fumaroli était immédiatement le personnage qu’il incarnait, indistinct de la personne privée. Le Grand Siècle se disait dans son regard, l’écharpe de soie jetée en travers de la veste, un petit sac d’écolier en bandoulière, rentrant à la maison faire ses devoirs. Un mélange unique de négligé et de prestance qui traversait la salle de la Brasserie Balzar en direction de sa table attitrée. La voix, si chaude, si claire, si distincte, jouant avec délice du répertoire de cour dont il connaissait par cœur les gammes...

Bilan de blog
Premier point, bilan du monstre. Le virus Corona n’admet pas d’autre voix que la sienne. Depuis trois mois que nous sommes en détention préventive, le virus n’a eu de cesse de faire taire les importuns qui souhaitaient parler de la peinture de Poussin ou de quelque autre sujet d’honnête homme. Les malheureux eussent pu se rappeler qu’un des plus grands tableaux de Poussin montre un groupe de trois au milieu de la campagne, comme recueillis auprès d’un sorte d’autel avec l’inscription : « Et in Arcadia ego » – ce qui veut dire : « moi la Mort, je suis là aussi en Arcadie ».

Éloge du mouton
Comment sommes-nous passés de l’un à l’autre ? Du tohu-bohu au silence. Un moment, l’on a senti cela, qu’il y avait un invité en plus qui évanouissait tous les autres. Et cet invité, c’était le silence. Silence que nous n’avions encore jamais entendu. Normal, pour un couvre-feu, le premier, sûrement depuis la guerre d’Algérie, si l’on excepte, plus récents, les soirs de banlieue de l’époque Villepin Premier Ministre. Silence de guerre, rue de Rivoli, long serpent désert, traversé par quelques lézards qui habitaient là et nous ne le savions pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.