Janvier 2017

1 2
  • Un bon conseil
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 26/01/2017

    Ce qui est bien, en littérature, c’est que l’on peut se rendre service les uns les autres. On se « passe » les livres qui nous ont fait relever la nuit. Ainsi notre ami Jean-Pierre Dandrelin ne manque-t-il jamais une occasion de nous avertir – surtout quand il est lui-même l’auteur d’un nouveau livre. Ohé les amis s’exclame-t-il de son vélo sans gluten, et il faudrait tout arrêter pour l’entendre nous vanter un obscur recueil de poésies qui renvoie, en réalité, à son livre à lui.

    > Lire la suite

  • Déon gratias
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 19/01/2017

    C’est une belle journée d’hiver, toute en bleu et or. Une journée de semaine du genre mardi ou mercredi. Place Saint-Germain-des-Prés, les voitures font tût-tût et pin-pon, elles sont comme les poules qui ne savent pas qu’on va leur couper la tête. Car bientôt, il n’y aura plus de voitures à Paris. Ce sera le Paradis avec un « p » majuscule. Quai Malaquais, quai de la Tournelle, on verra des paysans faire les foins le long des berges et des super-bobos les croiseront en remontant du sauna.

    > Lire la suite

  • HOUELLEBECQ, LA POMPE FUNÈBRE
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 13/01/2017

    Jean-Pierre Dandrelin a reçu un tweet du président Trump. La chose le tourneboule. Une erreur de circuit ? Jean-Pierre serait vexé qu’on en vienne à cette explication. Pas du tout une erreur. Donald a vraiment voulu lui parler par l’intermédiaire prodigieux du message ailé à 140 papilles. Nous tâchons de raisonner Jean-Pierre. « Enfin Jean-Pierre, comment peux-tu imaginer ? »

    > Lire la suite

  • Préhistoire : dire sans les mots
    Actualité | Publié le : 13/01/2017

    La parution d’un volume Préhistoires d’Europe par Anne Lehoërff aux Éditions Belin dans le cadre d’une vaste collection « Mondes anciens » dirigée par Joël Cornette est à l’origine de notre dossier NRF de janvier 2017, consacré à la question du langage dans la préhistoire. Une façon d’ouvrir l’année en prenant un peu de recul, selon l’expression consacrée.

    > Lire la suite

  • Rencontre entre Régis Debray et Michel Crépu à la fondation Gulbenkian
    Actualité | Publié le : 10/01/2017

    Le 8 février 2017 à 19h, retrouvez Régis Debray et Michel Crépu pour une conférence autour des notions de culture et de civilisation à la fondation Callouste Gulbenkian

    > Lire la suite

1 2
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Pascal Quignard, l’héritier solitaire
Mais que fabrique Pascal Quignard ? On le croyait perdu en un quelconque corridor de la bibliothèque latine, à moins qu’il ne s’agît d’un de ces poètes chinois dont il a la garde, ou bien encore appliqué au déchiffrage d’un fragment inédit d’Ovide, passé inaperçu. Le voici, ce matin[1], assis à la table de Lord Chandos, correspondant célèbre de Hugo von Hofmannsthal, resté célèbre pour cette Lettre à lord Chandos qui demeure tout simplement aujourd’hui le texte capital pour quiconque médite la maladie littéraire du XXe siècle.

État de grève
C’était quand déjà ? Vous vous souvenez, cette époque où l’on courait après l’autobus, hélait un taxi, téléphonait de son vélo pour suivre le cours de la Bourse ! Parfois, au sortir d’une situation un peu vive, on décidait de débrayer, les puissants allaient voir ce qu’ils allaient voir. C’était encore le temps où faire la grève relevait d’une dramatique sociale et politique qui sentait encore le grand soir. Et puis les choses ont fini par s’étioler et se durcir en même temps. Tantôt, on voyait monter la radicalité, tantôt on se ramollissait jusqu’aux ténèbres de la dépression.

C’était comme ca
Commençons l’année par relire un peu de Marcel Arland. Personne ne pense jamais à lui et quand cela arrive, un propos désobligeant ne tarde pas à moquer le côté ronchon triste de cet écrivain secret, douloureux, qui partagea avec Jean Paulhan la direction de la NRF de 1953 à 1977. Arland était né à Varenne sur Amance en 1899, près de Langres, où il fait très froid et où personne ne va jamais non plus se promener. Le concours des circonstances a fait que Marcel Arland devint l’ami proche, pour ne pas dire intime, d’André Malraux.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.