Mai 2015

  • Le foot et le réel
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 28/05/2015

    La simple idée d’apprendre que la Coupe du monde de foot 98 de très glorieuse mémoire française aurait bénéficié d’obscurs pots de vins pour son organisation a de quoi désespérer les esprits les plus aguerris aux turpitudes de l’espèce humaine. La justice américaine n’a pas de ces émois, elle qui vient d’inculper neuf membres de la Fédération Internationale de Foot pour trafic d’influence.

    > Lire la suite

  • L'homme qui aimait son journal
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 21/05/2015

    Il se passe avec la presse, les journaux, des choses étranges. Depuis les profondeurs du XIXe siècle, l’homme de la rue achète son journal, il a des opinions, il en discute avec les autres au café. Ce sont là des scènes familières qui n’appartiennent pas seulement à la mythologie française mais aussi bien aux cafés viennois, berlinois, milanais, on s’excuse de ne pouvoir citer tout le monde.

    > Lire la suite

  • Être Charlie or not to be
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 07/05/2015

    Une récente déclaration du gratin littéraire américain (Banks, Carey, Ondatjee, etc.) désapprouve la remise du prix du Pen Club au journal Charlie Hebdo pour son « courage » à l'exercice de la liberté d'expression. Il vaut la peine de s'arrêter cinq minutes sur ce point délicat de l'être-Charlie, concept allégorique à l'usage du rebelle voltairien.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

OUBLIER TRUMP
On ne sait pas quoi faire de Donald Trump. N’y a-t-il pas, au Capitole, une salle de jeux pour enfants ? On pourrait le mettre là, en attendant l’interminable entrée en fonction de Joe Biden. Ou bien simplement le mettre en prison, avec une télévision de dessins animés dans la cellule. Les avis sont partagés.

DE LA DOUCEUR EN AMERIQUE
On pense bien sûr au roman de Philip Roth, « Le complot contre l’Amérique », on pourrait aussi, en remontant le temps, songer à la célèbre pièce de T. S. Eliot, « Meurtre dans la cathédrale », chercher à comprendre ce qui a lieu en ce moment même sous nos yeux, dans la stupeur. Constater d’abord ceci : contrairement à ce qui a été dit trop rapidement, il ne s’agit pas d’un « putsch ». Pour que l’on parle de putsch, il faudrait un effondrement des grandes institutions, une véritable prise de pouvoir. Ce n’est pas ce que nous avons vu.

EN RONDE AVEC L’ADJUDANT CASTEX
L’adjudant Castex fait sa ronde dans Paris désert. Il possède un gros sifflet en bois. Il chausse d’énormes souliers noirs, aux lacets de cuir. L’Etat commence là. Après, peut-être, un képi chamarré. Les retardataires du couvre-feu n’ont qu’à bien se tenir, le sifflet de l’adjudant sait où se cachent ces petits misérables qui croient pouvoir ruser avec l’Etat. Quand il embouche son gros sifflet, on l’entend jusqu’au zoo de Vincennes, au pavillon des singes et des lions. Ce qui est émouvant avec l’adjudant, c’est sa loyauté, son absence de calcul, de recherche d’effets.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.