Le blog de Michel Crépu Avril 2015

  • Les chemins de Katmandou
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 30/04/2015

    Le nom de Katmandou, pour un européen du baby boom, c'est tout un roman. Le roman même des seventies quand le cinéaste André Cayatte mettait en scène le roman de René Barjavel, Les chemins de Katmandou. À l'époque, les ados ne cherchaient pas à partir en Syrie apprendre à tuer des chiens d'infidèles, ils voulaient juste fumer un joint avec Sri Chimnoy, le gourou des Beatles.

    > Lire la suite

  • Jean d'Ormesson, le charme de l'indéfendable
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 23/04/2015

    À toute volée le tocsin, depuis que l'annonce d'une Pléiade « Jean d'O » a été rendue officielle. Dans les chaumières, c'est la fin du monde. Les éclairs strient le ciel, Dieu lui-même éternue. Quoi, comment, au pays de Gracq en papier Bible, l'arrivée de l'ineffable académicien !

    > Lire la suite

  • Les belles histoires de l'oncle Grass
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 16/04/2015

    Il y a au moins une chose qui est sûre, c'est que la littérature allemande contemporaine n'est pas à la ramasse. Et par « contemporaine », bien sûr, on veut dire d'« après guerre », c'est-à-dire « après Auschwitz ». Parmi les nombreuses déclarations qui accompagnèrent sa carrière de mauvaise conscience, Grass avait dit un jour qu' « Auschwitz » devait servir de « référent » à la langue allemande.

    > Lire la suite

  • Les naufragés de Radio France
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 09/04/2015

    Le paquebot Radio France s'enfonce à l'horizon, bientôt il aura disparu. Personne ne saurait dire, d'une manière claire, les raisons fondamentales d'une grève qui dure depuis 22 jours. Déjà, notre cœur se serrait à la vue du triste état de la moquette directoriale.

    > Lire la suite

  • De quoi sommes-nous les contemporains ?
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 02/04/2015

    « Le calendrier ne répond pas bien » objectait Barthes à cette question qu'il se posait à lui-même et qui pourrait être la nôtre, aujourd'hui, à la NRF, en 2015. « Dis moi de quoi tu es le contemporain, je lirai ta revue. » Barthes, c'était au bon temps du Collège de France, vers 1977, quand l'auteur des Mythologies y donnait sa première leçon.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert
Avec sa reliure façon « club français du livre », le dernier ouvrage de Michel Houellebecq semble une édition de luxe d’un grand roman d’Henri Troyat, du temps où les romans étaient conçus comme des armoires normandes, pour durer très longtemps. Qu’en sera-t-il de ce monstre narratif où l’auteur des Particules a voulu braquer sa lanterne ?

Présidentielle sans fin Présidentielle sans fin
Ce que l’on vit, maintenant, c’est l’après deuil des « grandes idéologies ». L’URSS est morte il y a trente ans et nombreux, alors, furent ceux qui pensaient à l’avènement d’un règne de l’après, confondu par certains avec la « fin » de l’histoire. Et puis l’on s’est rendu compte que cette « fin de l’histoire » contenait en elle-même quantité de virus clandestins, impossibles à détecter, qui n’obéissaient à aucune logique déjà expérimentée. On disait : « fin des grandes idéologies » alors même que c’était la notion de « fin » qui n’avait plus aucun sens.

Soir d’hiver Soir d’hiver
La fin de l’année s’approche, dans un climat de drôle de guerre. On croyait pouvoir se donne la fraîcheur intime d’un prochain Noël et voilà qu’il faut à nouveau astiquer les seringues. C’est le moment de ressortir un vieux NRF, cru 1977 entretenu au fil des mois, des ans, par celui qui en fut le promeneur mystérieux, Marcel Arland, plus que n’importe quel autre.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.