Trump-Macron, le mammouth et le colibri

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 26/04/2018

Comme elle est intéressante cette « tournée » américaine d’Emmanuel Macron ! On dirait les Beatles faisant leurs débuts vers 1963, quand on ne les connaissait pas encore très bien. Il fallait voir, hier, la foule des étudiants de l’université de Washington pour mesurer le décibel de notoriété macronien. Jusqu’où cela ira-t-il ? Ce qui est intéressant, c’est la façon dont le mammouth Trump oscille sur sa base : les préférences idéologiques ne sont pour rien au travail souterrain de l’affinité amicale. C’est même presque un classique de la littérature : Swann soupire, à la fin d’ Un amour de Swann : « et dire qu’elle n’était pas mon genre… » Il a aimé une femme qui l’agaçait par ses clichés kitsch. Dans le cas qui nous occupe ici, la raison politique est obligée de faire une place à quelque chose qui ne relève pas de la politique « politicienne ». De quoi s’agit-il, alors ? Deux bêtes de scène se reconnaissent à l’odeur de poudre, une complicité de winners qui ne tient plus la référence idéologique qu’au deuxième rang. Cela peut avoir des résultats inattendus. Ou finalement rien. Swann soupirant, au final, est « gros Jean devant ».

Trump a été élu sur la base d’un soutien électoral outrageusement marqué à droite. Il ne peut pas ne pas en tenir compte dans ses activités diverses. Mais on se trompe bien sûr, à considérer le mammouth trumpien comme une brute épaisse de préjugés. Les préjugés sont comme un duvet de plumes qui volètent autour du monstre, sujets à la moindre brise. Cela n’est pas pour autant aussi rassurant qu’on le souhaiterait : les partenaires du jeu mondial, Russes, Chinois, Iraniens, n’ont que faire de l’amitié naissante entre l’Américain et le petit frenchie, nouveau La Fayette. À moins que le petit frenchie se montre aussi persuasif et développe une camaraderie de bon aloi avec l’héritier de la Perse antique. Ce serait le bouquet.

En attendant, il faut reconnaître au frenchie un aplomb que ses prédécesseurs n’étaient pas en mesure de déployer. Macron est le colibri juché sur l’oreille du mammouth. Il le picore, il l’amuse. De plus, son anglais est juste assez parisien pour séduire à la fois Wall Street et ses électeurs français qui n’en reviennent pas. En bras de chemise, comme pour un masterclass, Emmanuel Macron ne mégote pas sur la marchandise, il est un infatigable voyageur de commerce qui sait ce qu’il veut vendre : une modernité d’après les grands soirs. Adieu aux prophéties du monde paradisiaque, bonjour les conquêtes de terrain où seul le résultat compte. L’exploit absolu serait qu’il arrive à faire aimer l’Europe. Ce qui manque encore ? Un zeste d’incarnation supplémentaire. La compétence ne peut servir à elle seule de nouveau transcendantal. L’enjeu, désormais, est la construction d’un nouveau Discours, avec un D majuscule, fruit philosophique d’une expérience historique inédite. Tout est possible, même d’aimer l’Europe, quand le colibri bluffe le mammouth.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.