Stones-Castro, 1-0

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 10/03/2016

Ainsi, ce que des décennies de politique et d’idéologie n’ont pu seulement écorner, les Stones vont le faire. Un concert à Cuba après la visite d’Obama. Quelle ironie de l’histoire ! Quelle incroyable puissance du rock, l’autre grand phénomène du xxe siècle avec les idéologies totalitaires. La chose est d’autant plus remarquable que les Stones n ont jamais été très amateurs de concerts militants. Ils n’étaient pas à Woodstock, on ne les a jamais vus se joindre a Bob Geldolf pour les grands concerts humanitaires des années 80. Donner un concert à Cuba, île musicale s’il en est, c’est merveilleux. Conformément aux principes du communisme, le rock n’était pas persona grata jusqu’ici. Trop de pulsation ne convenait au líder máximo, réincarnation de Lénine sur terre. Fidel sera-t-il embaumé ? Rien n’est moins sûr. Il faut tout de même se souvenir que le Stones ont joué à Prague pour les 60 ans de Vaclav Havel (ou bien n’était ce pas plutôt Havel qui invitait le groupe pour les 60 ans de Mick Jagger ? Toujours est-il que les murs du château avaient alors résonné du riff irrésistible de « Jumpin’ Jack Flash ». On peut compter sur le public cubain pour donner la réplique au groupe. La privation de rock and roll a dû accumuler des tonnes d’enthousiasme. On va voir ce qu’on va voir.

Ne reste plus en gros que la Corée du nord pour obtenir « Satisfaction ». Encore un peu de patience et le bouffon sanguinaire qui règne sur ce pauvre pays saura à qui il a affaire. Qui sait ? En attendant cet improbable beau jour aussi bien que la tenue d’un concert à Pékin, on pourra méditer sur cette extraordinaire puissance du rock. On pourra aussi se souvenir que Mick Jagger et les siens rendirent autrefois hommage à leur compagnon défunt, Brian Jones, à Hyde Park, au temps lointain des seventies débutantes. A l’époque, les fans accrochaient le poster du Che dans leur chambre à côté des Rolling Stones. On croyait que le Che était un allié sur la route du rock. On se trompait, il y avait malentendu sur le sens du mot révolution. Le Che, réincarnation christique du révolutionnaire des tropiques signait des ordres de faire fusiller tout en fumant son cigare. En 2016, les Stones répèteront la même vérité irrésistible que Fidel écoutera peut-être dans son hospice du quatrième âge : it’s only rock roll, but I like it.

Get no !

Michel Crepu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.