Sous le soleil de Satan

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 27/07/2016

Relire Bernanos, par exemple, qui eût trouvé les mots pour qualifier l’inqualifiable. Et comment éviter la redite, à peine une semaine après Nice ? Mais il ne faut pas s’y tromper, ce qui s’est passé hier à Saint Etienne-du-Rouvray n’est pas l’illustration supplémentaire d’une guerre de religion entre deux sœurs rivales. Le christianisme, en France et partout en Europe, a été l’école du libre arbitre, de l’émancipation individuelle. Pour reprendre la formule fameuse de Marcel Gauchet, il a été, et est encore, « la religion de la sortie de la religion ». Si le christianisme suscite désormais une telle haine, c’est pour cette même raison, qu’il incarne, aussi paradoxal que cela semble, le principe même de l’homme libre, moderne. Les bigots nihilistes de Daech ne s’y trompent pas.

Que l’Europe, toute à sa peur d’être elle-même, ne craignant rien tant que d’être obligée d’assumer son propre héritage veuille l’ignorer, c’est son problème intime. Puisse la mort affreuse du père Hamel ouvrir les yeux sur les enjeux de cette guerre folle. Contrairement à ce que l’on répète si niaisement, le christianisme n’est pas une confiture de douceur sulpicienne, bonne juste à tendre l’autre joue. Sortir du cycle de la vengeance, comme René Girard l’expliqua naguère, n’attire pas que des amis. Ainsi le meurtre du père Hamel est-il un acte de guerre adressé à tous les amis de la liberté de l’esprit. L’histoire de l’Europe est l’histoire de cette amitié là : nous en sommes.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert
Avec sa reliure façon « club français du livre », le dernier ouvrage de Michel Houellebecq semble une édition de luxe d’un grand roman d’Henri Troyat, du temps où les romans étaient conçus comme des armoires normandes, pour durer très longtemps. Qu’en sera-t-il de ce monstre narratif où l’auteur des Particules a voulu braquer sa lanterne ?

Présidentielle sans fin Présidentielle sans fin
Ce que l’on vit, maintenant, c’est l’après deuil des « grandes idéologies ». L’URSS est morte il y a trente ans et nombreux, alors, furent ceux qui pensaient à l’avènement d’un règne de l’après, confondu par certains avec la « fin » de l’histoire. Et puis l’on s’est rendu compte que cette « fin de l’histoire » contenait en elle-même quantité de virus clandestins, impossibles à détecter, qui n’obéissaient à aucune logique déjà expérimentée. On disait : « fin des grandes idéologies » alors même que c’était la notion de « fin » qui n’avait plus aucun sens.

Soir d’hiver Soir d’hiver
La fin de l’année s’approche, dans un climat de drôle de guerre. On croyait pouvoir se donne la fraîcheur intime d’un prochain Noël et voilà qu’il faut à nouveau astiquer les seringues. C’est le moment de ressortir un vieux NRF, cru 1977 entretenu au fil des mois, des ans, par celui qui en fut le promeneur mystérieux, Marcel Arland, plus que n’importe quel autre.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.