Sous le soleil de Satan

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 27/07/2016

Relire Bernanos, par exemple, qui eût trouvé les mots pour qualifier l’inqualifiable. Et comment éviter la redite, à peine une semaine après Nice ? Mais il ne faut pas s’y tromper, ce qui s’est passé hier à Saint Etienne-du-Rouvray n’est pas l’illustration supplémentaire d’une guerre de religion entre deux sœurs rivales. Le christianisme, en France et partout en Europe, a été l’école du libre arbitre, de l’émancipation individuelle. Pour reprendre la formule fameuse de Marcel Gauchet, il a été, et est encore, « la religion de la sortie de la religion ». Si le christianisme suscite désormais une telle haine, c’est pour cette même raison, qu’il incarne, aussi paradoxal que cela semble, le principe même de l’homme libre, moderne. Les bigots nihilistes de Daech ne s’y trompent pas.

Que l’Europe, toute à sa peur d’être elle-même, ne craignant rien tant que d’être obligée d’assumer son propre héritage veuille l’ignorer, c’est son problème intime. Puisse la mort affreuse du père Hamel ouvrir les yeux sur les enjeux de cette guerre folle. Contrairement à ce que l’on répète si niaisement, le christianisme n’est pas une confiture de douceur sulpicienne, bonne juste à tendre l’autre joue. Sortir du cycle de la vengeance, comme René Girard l’expliqua naguère, n’attire pas que des amis. Ainsi le meurtre du père Hamel est-il un acte de guerre adressé à tous les amis de la liberté de l’esprit. L’histoire de l’Europe est l’histoire de cette amitié là : nous en sommes.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Un soir au Châtelet
On donne en ce moment au Châtelet Un américain à Paris, le chef-d’œuvre de Georges Gershwin dont Vincente Minnelli fit le film que l’on sait. Gene Kelly descend les Champs-Élysées comme un matelot faisant escale, il est heureux, la vie est belle. La coupe de son pantalon est simplement parfaite. Qui a donné à Dieu cette idée de créer Paris, un paradis sur terre ? On cherche encore la réponse. Ella Fitzgerald s’est elle-même posé la question, on pense à elle quand on entend redire pour la merveilleuse millionième fois « They Can’t take that away from me »...

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.