Scola, l'instant de grâce

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 21/01/2016

Inutile d’aller chercher toute la filmographie d’Ettore Scola qui vient de mourir, un film suffit pour comprendre : Une journée particulière, peut-être un des dix plus beaux films jamais tournés. Tout le monde connaît l’histoire de la rencontre de cette jeune femme (Sophia Loren) et d’un homme (Mastroianni) un jour de défilé en l’honneur du Duce. Elle est très belle, n’est pas de la « haute », lui est un homosexuel délicat et solitaire ; ils ne devraient pas être dans ce petit appartement de rien, l’un en face de l’autre, ils devraient être chacun dans sa galaxie personnelle. Et pourtant ils sont là, en présence. Cela ne durera pas plus d’une journée, il ne se passera « rien », mais que de choses dans ce rien ! Cela s’appelle la grâce, qui n’a rien à voir avec les anges, et tout avec le mystère si simple et palpable de la solitude humaine.

Quiconque prétend faire un film, écrire un livre, composer une musique devrait d’abord se demander si le spectateur, le lecteur, l’auditeur sont en mesure de pouvoir se dire : « oui, ce film, ce livre, cette musique, sont capables de transmettre la grâce. Oui, moi lecteur, je ressens tout à coup – quoiqu’il en soit de la situation, dans un pauvre appartement de la banlieue romaine ou dans un château de Bavière, je ressens cet allègement merveilleux qui fait sentir en même temps la beauté pleine et entière, sa pesanteur insaisissable. » Que le cinéaste Ettore Scola ait pu transmettre cela le temps d’un film, voilà qui est déjà extraordinaire et fait jeu égal avec la littérature. Nous pourrions en dire autant avec cet autre chef-d’œuvre du même : Nous nous sommes tant aimés, d’une certaine façon la version « collective » de la journée particulière. Là encore, le phénomène humain est ressaisi dans sa bouleversante brièveté : c’est chez Tolstoï, chez les très grands, que l’on touche habituellement du doigt cette féerie. La féerie des vivants et des morts, les mêmes. Il n’y en a pas d’autre.

Le mot de grâce, qui a beaucoup servi, nous semble pourtant le bon mot. Il suffit pour s’en rendre compte de regarder Ruquier à la télévision. Ruquier ou n’importe quel autre, d’ailleurs, cela n’a aucune importance. La vulgarité, qui est l’autre nom du mépris, y règne là sans partage aucun. C’est impressionnant. On doit l’expérimenter à intervalles réguliers, comme un memento mori. Il y a plus loin d’un moment de grâce à deux heures de Ruquier. On vient, à l’instant, de découvrir une neuvième planète, 20 000 ans minimum pour en faire le tour ou simplement l’approcher : cette distance nous enchante par son côté inconcevable. Elle a presque une signification morale : l’abîme qui sépare la beauté réelle des artifices et des mensonges. Scola a porté le fer très profond, et d’autres avec lui. Il a touché la neuvième planète. Rêvons cinq minutes. On devrait lire les livres en pensant à ce qu’a fait Scola : le seul critère valable. Est-ce que cette page tient devant dix secondes de la Journée. Est-ce qu’elle peut toucher la neuvième planète ? Non ? Alors au panier. Voyez comme on respire mieux, tout de suite, avec une planète supplémentaire.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Un soir au Châtelet
On donne en ce moment au Châtelet Un américain à Paris, le chef-d’œuvre de Georges Gershwin dont Vincente Minnelli fit le film que l’on sait. Gene Kelly descend les Champs-Élysées comme un matelot faisant escale, il est heureux, la vie est belle. La coupe de son pantalon est simplement parfaite. Qui a donné à Dieu cette idée de créer Paris, un paradis sur terre ? On cherche encore la réponse. Ella Fitzgerald s’est elle-même posé la question, on pense à elle quand on entend redire pour la merveilleuse millionième fois « They Can’t take that away from me »...

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.