Richard Texier, le monde comme atelier

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 11/06/2015

Est-ce un entrepôt, une gare de triage, une station interplanétaire ? Richard Texier reçoit dans son atelier. Inutile de chercher le chevalet, la planche. Là, d'énormes œufs bleuâtres sont suspendus au plafond et il se pourrait bien qu'ils restent là pour les siècles ; ici d'immenses cadres empaquetés attendent quelque départ, pour la Corée, l'Inde, la Chine. Une simple banquette donne à cette immensité un air de familiarité domestique. Tout est propre, à sa place. En un sens le contraire de l'atelier de Francis Bacon dont il existe une photographie furieuse, l'image d'un chaos hallucinant. Ici, chez Texier, un calme surgi de nulle part fait que le chaos se tait, n'apparaît pas. Ou plutôt, on dirait que Texier a su l'amadouer, le faire rentrer dans sa coque d'œuf intersidéral.

Il y a de l'ogre chez Texier. L'espace n'est jamais assez grand pour sa faim de le connaître. Bientôt il installera un atelier sur la planète Mars. Il vient de publier un récit autobiographique, Nager*, qui est une manière de revenir sur ses premières expériences de l'espace enfantin. À l'époque, les eaux paisibles, infinies du marais Poitevin. Le marais Poitevin, notre Amazone à nous, avec son silence, ses libellules, ses eaux noires émeraudes, toute une célébration végétale dont Texier s'est fait, au fil des années, comme le transmetteur poétique. Étrange itinéraire d'un artiste ayant su combiner à la fois le fantasme enfantin et la démesure de celui pour qui le monde entier a l'air de servir d'atelier. Ça ne doit pas être facile tous les jours d'habiter cette démesure. Les gros œufs suspendus doivent contribuer à une pacification des affaires.

Nager évoque un itinéraire pictural marqué par le surréalisme mais aussi une fascination pour le monde réel, le monde marin. Les tableaux de Tanguy, qu'on a un peu oublié aujourd'hui et que Texier a gardé pour sa matrice personnelle. Le monde surréel d'un côté, le monde réel de l'autre. Lequel des deux est le plus proche de notre intimité de voyageur sur la terre ? La réponse n'est pas si aisée. Il fut un temps où l'artiste n'hésitait pas à introduire des objets dans son mode pictural, des sextants, des objets de navigation, peut-être des créatures animales. Son monde d'aujourd'hui a quelque chose d'épuré et de cosmique. Quelqu'un a dit qu'il n'y avait pas de son dans le cosmos. Il est assez curieux de se dire que cette œuvre de Richard Texier poursuit sa trajectoire dans un cosmos hors son.

On dit aussi que les livres ont un langage. C'est une autre histoire. Celui que Richard Texier vient d'écrire est une manière de jeter l'ancre, sans jeu de mot s'il vous plaît. Un livre comme une petite nacelle que les gros œufs suspendus voient passer avec étonnement. Bon voyage !

Michel Crépu

* Éditions Gallimard, 2015.

 

Commentaires

Jonathan W. | 13 juin 2015
Cette mise à jour est providentielle  ; le site centenaire-nrf est une précieuse mine de renseignements. Je me réjouis d'autant plus au vu de l'inefficience du précédent serveur (le site ayant été bien trop souvent en panne ; le ratio accessibilité/maintenance était effrayant). Quand pouvons-nous compter sur la disponibilité, à nouveau, des tables des matières NRF ? Heureux de vous lire.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

Woodstock et après Woodstock et après
La fin de l’été a vu célébrés les « cinquante ans » ans du festival de Woodstock. « Trois jours de paix, de musique et d’amour » : c’était le beau temps où les enfants de la Beat Generation écrivaient « free your mind » au revers de leur cartable. « Ouvrez votre esprit ». Que sont-ils devenus ? Les bons apôtres ne manquent pas de dresser le requisit impitoyable d’un naufrage de la civilisation humaniste occidentale, point d’orgue d’un long effondrement au travers duquel se glisse déjà le hideux visage de Charles Manson, assassin de Sharon Tate.

Qui a peur de Boris Johnson ? Qui a peur de Boris Johnson ?
Boris Johnson a beaucoup en commun avec Donald Trump, moins le temps nécessaire à incarner Boris Johnson que n’en avait Trump pour devenir Trump. Qu’a-t il en commun ? Quelque chose qui, devant les événements de la vie politique, se résume à peu près à la formule : « rien à foutre. »

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.