Pourvu que ça commence !

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/06/2017

Même le bon gros vaniteux François Bayrou, sorte de Monsieur de Pourceaugnac à la Molière, ne peut pas éviter ce constat d’une cruauté certaine : il ne pèse plus rien. À la foire aux bestiaux de Pau, ville dont il est le maire, il est désormais rangé avec les bovidés de seconde classe. C’est très simple à constater. Hier encore mais quand « hier » ? Au temps des familles où les grands oncles donnaient le « la » à table ? Hier encore, un bœuf tel que Bayrou pouvait faire quand même un peu de show. Souvenez vous, je sais c’est difficile, de l’entre-deux-tours où il faillit rester dormir chez Ségolène Royal pour contrer Sarko. Un journaliste nippon lui avait demandé : « pour qui allez vous voter ? » Et Bayrou avait répondu, après un long silence, « je ne sais pas ». Mais tout cela est archi loin, privé de tout intérêt, le tsunami des fantassins d’En marche ! est passé par là. Il n’y a plus de famille politique qui tienne. L’inceste est généralisé, tout le monde est en même temps de gauche et de droite, vétéro-macronien ou bien post-progressiste néo-juppéen. Ce sont des poussières illisibles, des résidus indéchiffrables et il faut faire semblant, au bureau de vote, d’hésiter entre l’une ou l’autre de ces myriades. Mais comme il n’est plus possible d’hésiter, on se trouve dans une situation extravagante d’Harmonie avec un H majuscule. Les ennemis sont à terre, ils ne se relèveront pas de sitôt. Et quand bien même se relèveraient-ils, cela n’aurait aucun intérêt. Puisqu’ils sont morts.

Que faire ? Comment vivre dans une démocratie où tout le monde est niaisement d’accord ? Normalement, on devrait appeler cela une forme de totalitarisme. Mais « normalement » n’a plus cours non plus. Ce qui est en jeu, c’est l’espoir de survie d’une forme de négatif au sens philosophique du terme, excusez du peu. Sans négatif, rien. Pas de vie. C’est là où nous sommes rendus. Ce serait trop facile de voir en Macron une sorte de dictateur inédit. Le spectacle auquel nous sommes conviés est d’une autre cuisine. Pour l’instant, il est impossible d’y plus clair que le fond du jardin où dansent les papillons d’été. Encore une chance qu’ils soient là.

Il n’est guère que M. Mélenchon pour aspirer à jouer un tel rôle de « négativiseur ». Mais M. Mélenchon n’a pas compris non plus que la vieille poutre sur laquelle il est assis est rongée par les termites. M. Mélenchon a eu des sanglots dans la voix pour évoquer les « jours heureux » où le « peuple » allait boire un verre du côté de Nogent, vers 1936. On sait aujourd’hui qu’au même moment, dans les jolis villages d’Ukraine, les villageois étaient occupés à se manger les uns les autres pour ne pas mourir de faim. M. Mélenchon s’en moque, tout occupé qu’il est de détrousser le cadavre à la renverse de la vieille gauche. Mais l’histoire s’en souviendra pour lui. Il va donc falloir, sans esprit de ressentiment ni de préjugé, revivre en démocratie, c’est-à-dire au feu de la polémique. Sinon, cela explosera d’une autre manière. Le Jupiter qui dort à l’Élysée ne peut pas ne pas le savoir. Triomphateur et méditant la nuit sur son étrange sort napoléonien. On l’imagine, seul dans son cabinet, devant une mappemonde toute piquetée de drapeaux d’En marche ! Ah si l’on pouvait agir, là tout de suite, à trois heures du matin, sans attendre les télés ! Comme cette élection est longue, interminable ! Ainsi ne dira-t-on pas, à l’exemple de Madame mère : « pourvu que cela dure ! » mais : « Pourvu que cela commence ! »

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.