Pourquoi l'Angleterre va rester en Europe

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 23/06/2016

Au pub de la NRF, les choses sont claires, les paris jetés : l’Angleterre va rester en Europe. Comment pourrait-il en être autrement alors même que la moitié du sud français, de Perpignan à Bordeaux, vit depuis longtemps déjà, à l’heure anglaise ? Louez-vous une chambre d’hôte dans le Périgord, un brave paysan du Yorkshire vous donne les clés en même temps qu’il vous fait boire un charmant petit rouge élevé par ses soins. C’est une longue histoire, une histoire d’amour, qui relie l’Angleterre à la France, à l’Europe. Il faut être devenu un fieffé sot pour ne pas voir ce qui crève les yeux. Le meurtre ignoble de la député Jo Cox est en lui-même un aveu de perdition. Qui, en Angleterre, peut suivre un tel itinéraire ? Pour RIEN AU MONDE les Anglais commettraient la folie de se détourner des petites places où l’on boit le pastis à la fraîche. Comment imaginer une situation de brusque volte-face, nos amis de Waterloo Station se détournant de nous ? Et pour aller où, je vous demande un peu. Ils deviendraient à eux-mêmes ces réfugiés dont ils redoutent la présence excessive. Il y a en effet de quoi s’effrayer, eu égard aux conséquences non assumées. Nous en sommes tous là : pris au collet par une situation inédite dans l’histoire européenne. Mais ce caractère inédit comporte en lui-même ses chemins de solutions. Les partis populistes qui font salles combles sur le thème de l’immigration ne parviennent pas non plus, nulle part, à obtenir les vrais clés : toujours cela s’arrête à un centimètre des vraies responsabilités. Pour l’avoir pressenti, Angela Merkel a pris de l’avance, quitte à encourir, dans un premier temps, le désaccord de ses propres électeurs. On verra bien. En tout cas, le pari est tenu que l’Angleterre va choisir de poursuivre l’aventure avec nous.

Revenons à l’essentiel. Quel dommage que personne ne pense à rééditer les délicieux Silences du colonel Bramble d’André Maurois, où un écrivain français si oublié et méprisé aujourd’hui savait jouer du miroir : on se comprenait soi-même en étudiant les autres, en les écoutant, en allant les voir. Maurois n’est plus lu pour des raisons de mauvais goût, d’inaptitude à la finesse, au mot d’esprit. Son insuccès posthume est le révélateur de notre propre vulgarité. On vous rit au nez si vous sortez un exemplaire des Silences de votre poche. Misère ! Ridicule ! Où fuir ? Où courir se réfugier à l’abri de la stupidité esthétique qui ronge le public français ? Une issue de secours avec la correspondance épistolaire établie entre l’Allemand Alexandre de Humboldt et Claire de Duras, 1814-1828. Elle vient d’être éditée aux éditions Manucius*, avec une belle préface de Marc Fumaroli. C’était le temps où Paris était le plus brillant salon d’Europe, où vous fumiez le cigare avec Chateaubriand chez la charmante Claire de Duras. Humboldt passait pour le nouvel Aristote, minéralogiste, philosophe, archéologue, pratiquant avant tout le monde le narrative reporting (comme Chateaubriand l’avait fait lui-même en allant à moto à Jérusalem). Cet Allemand était élégant et drôle comme un Anglais. On reste ébahi à la vue de cette Europe de l’esprit qui a sombré depuis dans les ténèbres du XXe siècle. Tout est-il perdu pour autant ? Non, puisque ce cadeau épistolaire nous arrive de l’autre côté des ombres. Ces lettres parlent encore. Tout est affaire de curiosité, d’envie de passer du temps à lire et à bavarder le soir avec les autres. Humboldt écrivait par exemple à Mme de Duras : « On a découvert en Allemagne de se faire un cerveau artificiel. On se fait ôter la partie de son cerveau dont on commence à être mécontent et on le remplace par un amalgame de zinc et d’argent et de mercure. Cela agit comme une pile de Volta. » Merveille, nous sommes sauvés !

Michel Crépu

* Alexandre de Humboldt. Lettres à Claire de Duras (1814-1828). Correspondance inédite établie, présentée et annotée par Marie-Bénédicte Diethelm. Coll. Littera. Éditions Manucius. 317p., 20 euros.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

Woodstock et après Woodstock et après
La fin de l’été a vu célébrés les « cinquante ans » ans du festival de Woodstock. « Trois jours de paix, de musique et d’amour » : c’était le beau temps où les enfants de la Beat Generation écrivaient « free your mind » au revers de leur cartable. « Ouvrez votre esprit ». Que sont-ils devenus ? Les bons apôtres ne manquent pas de dresser le requisit impitoyable d’un naufrage de la civilisation humaniste occidentale, point d’orgue d’un long effondrement au travers duquel se glisse déjà le hideux visage de Charles Manson, assassin de Sharon Tate.

Qui a peur de Boris Johnson ? Qui a peur de Boris Johnson ?
Boris Johnson a beaucoup en commun avec Donald Trump, moins le temps nécessaire à incarner Boris Johnson que n’en avait Trump pour devenir Trump. Qu’a-t il en commun ? Quelque chose qui, devant les événements de la vie politique, se résume à peu près à la formule : « rien à foutre. »

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.