PIERRE HASSNER, UN PASSANT D’EUROPE

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 31/05/2018

Ce qu’il y avait, d’abord, chez Pierre Hassner qui vient de mourir, c’était son cartable. Une sorte d’invraisemblable sacoche d’où débordait un chaos de papier, de pages de livres à bout de souffle, à force d’avoir été lus et relus et plus encore. Il avançait dans la rue, avec son allure de petit juif roumain traînant avec lui le cartable extraordinaire, tenant de la carriole de saisonnier et du secrétaire des archives du musée Guimet. Le chaos de papier, c’était l’histoire de l’Europe au XXe siècle, un vivier de drames et d’intelligence, d’horreur et de sublimité. Regarder Hassner marcher dans la rue, c’était prendre une leçon de civilisation à son sommet. Le paletot mal boutonné, les chaussures à la dérive, la cravate un vague chiffon : parce qu’il n’avait pas le temps de penser à autre chose qu’au destin de ce coin de planète qu’on appelle l’Europe. Vous vouliez voir un vrai homme du vieux continent ? C’était lui. Inutile de prendre des notes. Il suffisait de regarder.

Né de famille juive en 1933, puis ensuite « converti » au catholicisme, il avait fuit le régime communiste roumain pour s’établir en France avec ses parents en 48. L’année 48 n’est pas brillante au chapitre de la lucidité politique, époque où l’on brûle Aron à la pensée qu’il pourrait déranger le dogme, c’est une pitié d’avoir à rappeler ces choses, tant elles ont peu bougé. Les années s’éloignent, la bêtise demeure, il faut sans cesse repartir de zéro. Hassner le savait, ne se fâchant jamais, habitué de si longue date à la paresse intellectuelle, à la pérennité du préjugé. Dans les discussions, il parlait en analyste d’observation : jamais de fermeture, toujours l’antique prudence d’Aristote, appliqué au théâtre des relations internationales (il enseignait notamment au CERI, centre d’étude des relations internationales), familier des grandes revues de philosophie politique : Esprit, Commentaire, Le Débat. Il parlait, volubile, toujours un peu à reprendre son souffle, comme manquant d’air, et l’on croyait parfois qu’il allait jeter l’éponge, mais la carriole repartait de plus belle.

Toute la période qui devait culminer avec la chute du mur était pour Pierre Hassner un vivier permanent d’analogies incitant à la réflexion, une expérience historique favorisant un art de l’anticipation. Un homme merveilleusement intelligent dont Raymond Aron avait salué la virtuosité après l’écoute d’un exposé sur Thucydide, grand lecteur de Leo Strauss, parmi tant d’autres. Il ne venait pas à l’esprit de le « cataloguer », cela allait trop vite pour les esprits courts, les vrais essoufflés qui ne manquent jamais une occasion de faire le plein sur le dos des autres. Pierre Hassner semblait indifférent à la médiocrité. Il y avait quelque chose de royal dans son débraillé de savant, comme faisant corps, physiquement, avec son travail. L‘histoire lui était une matière vivante de contradictions fructueuses, une épreuve renouvelée à la fois de la précaution et de la volonté lucide. La médiocrité, c’est le refus de la patience, de la nuance, mais aussi de la fermeté. Hassner n’était jamais fatigué de repartir de zéro, il se serait étonné qu’on lui demande s’il n’était pas un peu las de tout cela. D’ailleurs le cartable répondait pour lui.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

Woodstock et après Woodstock et après
La fin de l’été a vu célébrés les « cinquante ans » ans du festival de Woodstock. « Trois jours de paix, de musique et d’amour » : c’était le beau temps où les enfants de la Beat Generation écrivaient « free your mind » au revers de leur cartable. « Ouvrez votre esprit ». Que sont-ils devenus ? Les bons apôtres ne manquent pas de dresser le requisit impitoyable d’un naufrage de la civilisation humaniste occidentale, point d’orgue d’un long effondrement au travers duquel se glisse déjà le hideux visage de Charles Manson, assassin de Sharon Tate.

Qui a peur de Boris Johnson ? Qui a peur de Boris Johnson ?
Boris Johnson a beaucoup en commun avec Donald Trump, moins le temps nécessaire à incarner Boris Johnson que n’en avait Trump pour devenir Trump. Qu’a-t il en commun ? Quelque chose qui, devant les événements de la vie politique, se résume à peu près à la formule : « rien à foutre. »

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.