Pascal Quignard, l’héritier solitaire

| Publié le : 16/01/2020

Mais que fabrique Pascal Quignard ? On le croyait perdu en un quelconque corridor de la bibliothèque latine, à moins qu’il ne s’agît d’un de ces poètes chinois dont il a la garde, ou bien encore appliqué au déchiffrage d’un fragment inédit d’Ovide, passé inaperçu. Le voici, ce matin[1], assis à la table de Lord Chandos, correspondant célèbre de Hugo von Hofmannsthal, resté célèbre pour cette Lettre à lord Chandos qui demeure tout simplement aujourd’hui le texte capital pour quiconque médite la maladie littéraire du XXe siècle. Hofmannsthal est sûrement mieux connu de nos jours pour être l’auteur du Chevalier à la rose mis en musique par Richard Strauss. Mais à la relecture, sa lettre à Chandos fait figure de stèle solitaire, impériale au sens austro-hongrois du terme. C’est elle, l’incontournable, plus encore que le chevalier. Quelqu’un a été capable d’entrer dans le cœur battant d’un monde qui s’achevait, par décomposition noble et frappée de silence, et ce quelqu’un c’était lui, Hofmannsthal.

On serait tenté d’ajouter le nom de Pascal Quignard à ce cortège qui fait parfois penser à telle nouvelle de Poe. Mais gardons-nous de trop de références ou de métaphores. Ce qu’on peut dire, en revanche, sans crainte d’être démenti : cela fait plus de quarante ans qu’il interroge les « Anciens » comme un jeune pâtre égaré dans la forêt haute, et qui voudrait savoir d’où viennent les poèmes. Et l’on pense soudain à ce passage des Actes des Apôtres que lui, Quignard avait relevé dans ce lointain petit livre publié en 1976 : Le lecteur[2], resté sans rides. Un jeune homme adossé en pleine nuit à la fenêtre d’un troisième étage, bercé par les paroles de l’apôtre Paul, vient à perdre l’équilibre et meurt. Paul le ramène à la vie dans la panique nocturne qu’on imagine et que le texte évangélique décrit dans une désarmante absence de dramaturgie, d’autant plus sidérante.

Quignard ne laisse pas d’observer combien cet épisode, inaperçu depuis le temps par les commentateurs, fait lien avec l’acte de lecture. C’est parce qu’il écoutait quelqu’un lire, ou quelqu’un lui recommander de lire, que le jeune garçon est tombé de son étage. Etrange puissance du langage. Hofmannsthal n’eût pas manqué de voir dans cette puissance un acte de parole extraordinaire et nous autres du XXIe siècle pouvons désormais lire et relire cette lettre de Lord Chandos comme le récit d’un deuil : qu’est ce qui pourrait bien aujourd’hui, ramener à la vie une parole morte, tombée de sa hauteur ? Deux immenses artistes hantent le texte de Quignard : Haendel et Rembrandt, deux immenses voyageurs de la forme peinte, musicale et que Quignard embarque avec lui dans son écrit, on peut aisément se dire pourquoi. Haendel avait dans son bureau une description du Rhin par Rembrandt et quand il composait, il pouvait ainsi lever la tête sur l’immense masse liquide – celle là même qui fascinera Hölderlin… À l’endroit où il se trouve et d’où il nous adresse ce « carnet » de pensées, Pascal Quignard demeure une sorte d’héritier solitaire, capable d’écrire pour les autres ce qui fait de lui un si émouvant solitaire.

[1] La réponse à Lord Chandos, par Pascal Quignard, Éd. Galilée, 70 p., 14 euros.

[2] « Folio » Gallimard.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Guyotat au bout de la langue
Le crâne d’un bonze glabre, l’allure d’un vieux chef scout avec son piolet (son père avait été médecin de campagne), il émanait de sa personne quelque chose de doux et mystérieux. Pierre Guyotat qui vient de mourir à l’âge de quatre-vingts ans, était une tour de silence. Il parlait parfois, toujours dans la simplicité, disant des choses à mi chemin de la littérature et du comptoir de bistrot. Rien que de normal, c’est sur la page que les choses importantes avaient lieu.

Maître Steiner
On le sait bien que le mot d’humanisme pend comme une vieille chaussette au milieu des vitrines de Noël de l’imposture philosophique. Les chaussettes de Steiner se remarquaient tout de suite à l’usage du talon qui racle, à force des heures passées en bibliothèque à peser le pour et le contre. Par exemple, « pour » Dostoïevski ou « pour » Tolstoï ? C’était la grande question durant ces années charnières, entre Lévi-Strauss et Soljenitsyne, quand on ne savait plus très bien qui était mort, Dieu, l’homme ?

COMMENT ECHAPPER A FABRICE LUCHINI ?
Mme de Charlezet dans le Doubs, nous écrit : « Pourquoi Fabrice Luchini est-il désormais le seul habilité à dire des poèmes ? On dirait qu’il n’y a plus que lui, il est tout le temps invité à l’émission d’Alain Finkielkraut, Répliques, c’est tout de même un peu fort. Chère NRF, expliquez nous ça ! » On voit que Mme de Charlezet ne manque pas d’aplomb à poser sa question sur la table comme Robin des Bois son butin. Elle se fait par là, on s’en doute, l’écho d’une question qui se pose à beaucoup.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.