Le blog de Michel Crépu

1 ... 2 3 4 5 6
  • Le vieux Dieu
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 11/03/2021

    Comme dirait Philippe Sollers dans Légende, son dernier livre : « le vieux Dieu est mort ». Cela, du reste, nous le savions déjà depuis un moment. Depuis Zarathoustra et ce brave Nietzsche, toujours là quand on demande un volontaire. Simplement, on dirait que quelque chose, dans l’air, ne ressemble à rien de connu. Analogue à la sensation qu’on imagine ressentir quand le sable de Mars nous coule entre les doigts. Imagination enfantine, on fait ce qu’on peut pour tenter de situer un peu les choses.

    > Lire la suite

  • Philippe Jaccottet, la dernière promenade
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 04/03/2021

    Curieusement, Philippe Jaccottet, qui vient de s’éteindre, s’est imposé à nous plus par la voie du commentaire que par celle, proprement dite, du poème.

    > Lire la suite

  • QUI LE SAIT ? QUI S’EN SOUVIENDRA ?
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 10/12/2020

    C’est un entretien de Giscard avec Frédéric Mitterrand. On a vu cela à la télévision, sur la chaîne parlementaire. L’ancien président parle de littérature et de poésie, il récite le poème de Baudelaire, le fameux « vert paradis des amours enfantines ». Le ton est posé, calme, sans la moindre affectation rhétorique. On écoute les vers arriver les uns derrière les autres, comme on déroule un papier chinois. La voix de Giscard ne résonne pas, elle dépose. Le poème de Baudelaire est un des plus beaux.

    > Lire la suite

  • REDA, DERNIERES NOUVELLES DU FOND DE L'AIR
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 25/11/2020

    Jacques Réda publie ses chroniques écrites pour la NRF entre 1988 et 1995. Cela nous fait penser à ce pharmacien de province qui contenait ses poudres tout là haut sur l'étagère où se trouvaient déjà les anciens traités de médecine. Il ne faut pas s'y tromper toutefois, car derrière les bocaux étiquetés dans le latin de La Fontaine, on trouve encore de ces pochettes, rangées elles aussi, dans l'ordre qui sied à l'amateur de jazz qu'est Jacques Réda, "Jack the Reda", entre Lester Young et Count Basie.

    > Lire la suite

  • Joe Biden, humilité, élégance
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 12/11/2020

    L’actualité américaine nous étonne par sa façon de remonter à travers les années. L’épisode Trump est-il à peine refermé que la silhouette de Joe Biden occupe désormais le cadre. Il serait difficile de trouver symétrique plus inversé : Trump était vulgaire et menteur, Biden est élégant et humble. Il pourra servir de modèle d’instruction à tous ceux qui aspirent à faire carrière dans la politique. Ce ne sera pas très difficile, car Biden n’est pas un acteur complexe. Ce qui domine, chez lui, c’est un effet de clarté.

    > Lire la suite

1 ... 2 3 4 5 6
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Windsor, papillon de nuit Windsor, papillon de nuit
Quelque chose nous dit que nous n’avons pas tout à fait épuisé la magie de ces images en provenance de la chapelle des Windsor. La reine à son banc, trois rangs en avant, complètement seule. On dirait un papillon de nuit épuisé qui a trouvé le moyen d’entrer là. Quelques instants de repos avant de reprendre la route. Sauf qu’il n’est pas question de remonter vers le nord, comme l’autre jour les oies sauvages, à la file, dans l’immense bleu d’avril.

Portrait de la reine en Queen Portrait de la reine en Queen
La mort de Philip d’Édimbourg nous a remis en présence de la reine Elizabeth avec ce génie de l’événement qui nous ferait croire que l’Histoire a un sens. Il n’y a que l’Angleterre pour faire vibrer une telle émotion. C’est le propre des monarchies auxquelles Bossuet rappelait le memento mori : Philip d’Édimbourg était au courant que tout part à vau-l’eau, il suffisait de le voir suivre Elizabeth, à deux pas derrière, comme se promenant. Mais il y a l’art et la manière.

La France en « réa » La France en « réa »
Cette saison d’avant été promet un spectacle pour lequel il ne sera pas nécessaire d’apporter son certificat d’AstraZeneca. Quoi qu’il en soit, nous sommes déjà décorés, il n’ y a plus aujourd’hui de cette atmosphère de fête qui enchantait nos rues de l’année dernière. Les mêmes qui battaient leur fond de casserole font maintenant du service après-vente pour malades égarés. Cette malédiction aura fait naître des vocations en nombre, en remplacement des volontaires manquants, eux-mêmes déjà percutés. La France est en état de réanimation.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.