Mettre une cravate

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 29/06/2017

Contrairement aux Insoumis qui ne mettent pas de cravate, nous mettons un bonnet à poils avant de prendre la plume, en l’honneur de la bataille d’Austerlitz. Il est extraordinaire et surtout comique que l’on puisse encore croire que l’absence de cravate soit synonyme de rébellion. Le mot lui-même de « rébellion » est devenu incertain, d’un usage délicat. Depuis que tout a changé en France, il est impossible de brandir une bannière sans courir le risque de croiser un cortège adverse arborant la même bannière, mais à fronts renversés. Alors une absence de cravate… On admire plutôt ces vieux hauts fonctionnaires, les jours de canicule, boulevard Saint-Germain, portant des chemises plus blanches que la nappe qui servira au dîner de ce soir en l’honneur du roi Théodose.

Un grand rebelle, Donald Trump, vient assister au défilé du 14 juillet. Il y a une idylle entre Donald et Emmanuel. Les spécialistes s’interrogent, supputent. Est-ce une bonne idée d’inviter Donald ou bien « Manu » n’a-t-il pas tout à perdre à cette invitation spectaculaire ? Les malheureux ne comprennent pas que cela n’a aucune importance. Laissons passer quelques semaines et Donald se mettra à ressembler au Dalaï Lama. On dira « Sa béatitude céleste vient de signer un décret d’interdiction d’usage du vélo dans les quartiers fréquentés par les porteurs de chemise à pois ». Et M. Mélenchon menacera de tout briser – à la télévision, bien sûr.

Que Donald prenne soudain l’allure d’un moine zen ou « Manu » la tête d’un haltérophile hongrois porteur de moustaches terrifiantes, cela ne change rien à la situation internationale, laquelle se trouve sous la menace d’une cyber attaque de premier ordre. Qui est derrière ? La mafia ? Un sale gosse dans sa chambre ? Le pape ? Et d’ailleurs, y a-t-il seulement un « derrière » à tout cela ? Un important vient de dire que le « cyber espace » était désormais un champ de combat analogue aux classiques terre, air, mer.

Ne perdons pas notre sérénité bouddhique à l’approche du prochain cyber assaut. Vite, rouvrons Maurice Blanchot, qui continue de nous enchanter par le calme intellectuel dont il fait preuve en des heures difficiles. Lisez plutôt, nous sommes en 1933, Edouard Daladier est à la non-manœuvre gouvernementale : « Ils ont remis aux organisations internationales le dépôt de leur honneur et de leur gloire. Ils voudraient être puissants sans peine et sans volonté, par le consentement des autres, sans que leur puissance morale et matérielle y soit pour rien. »

« Le dépôt de leur honneur » : voilà qui est écrit comme l’on devrait écrire, surtout quand on porte un bonnet à poil. On peut être sûr que Blanchot portait une cravate quand il écrivit ces phrases. Quand on se souvient que la langue française était autrefois (au beau temps de M. de Talleyrand) la langue diplomatique en usage, la lecture de telles phrases, si simples et élégantes, a quelque chose d’ahurissant. Mais que l’on se rassure, cela va changer. De retour à Washington, Donald va s’initier aux arcanes subtils de la langue de Voltaire et Manu va lui apprendre à lire Lévinas. Ses collaborateurs vont s’inquiéter. Toute la journée dans le Bureau Ovale, plongé dans un livre, demandant qu’on aille lui chercher un volume des Mémoires de Saint-Simon. Il n’y a pas à dire, Paris redevient le centre du monde. La France fait le buzz.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.