Marine Le Pen, ce n’était donc que cela

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 04/05/2017

En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen se retrouva au deuxième tour de la présidentielle face à Jacques Chirac, ce dernier refusa d’avoir un débat avec le leader du Front National. On croit rêver quand on pense à ce luxe qu’on pouvait alors se permettre, au plus fort de la campagne, de passer outre à un tel rendez-vous. Nul, à l’époque, ne songea à en faire le reproche à Jacques Chirac. Tout perclus d’affaires qu’il était, la stature morale du Général le protégeait. Lui permettait de dire à une telle offre de débat : on ne discute pas avec un parti comme le Front National. Et personne n’y trouvait à redire.

Que n’eût-on pas dit si Emmanuel Macron avait tenu le même langage ? En quinze ans la puissance électorale du parti de Marine Le Pen est devenue incontournable. On ne tourne pas le dos à des millions d’électeurs qui ont trouvé dans le discours du FN de quoi étancher leur colère, leur ressentiment. Ce luxe que Chirac pouvait se permettre est aujourd’hui hors de prix. Il faudrait s’appeler Jean Moulin pour donner le soufflet. Au moins. Mais il est révolu, ce temps béni, où il suffisait d’une phrase bien faite pour régler la question et contenir le bulldozer. Emmanuel Macron devait donc y aller, descendre dans l’arène, affronter de plein fouet cette redoutable machine à tout écraser sur son passage.

Or qu’avons-nous vu, durant deux heures ? Une dame fébrile, sans cesse à remuer ses feuilles, remettant compulsivement sa mèche, jetant à l’esbroufe ces formules éculées qu’on est las d’entendre depuis des mois. Marine Le Pen, une fois vidé son chargeur dans les trois premières minutes, a offert le spectacle pathétique de l’imprécation brouillonne, jusqu’à provoquer un sentiment de gêne. Et du coup, on se disait : « Quoi ! est-ce donc là le monstre annoncé ? La fin du monde autoproclamée ? » Ce n’était donc que cela. L’hypnose exercée par le cobra Le Pen a eu un incroyable effet d’auto persuasion pendant des mois, des années. L’hypnose a pris fin hier soir et le gong retentira dimanche pour le confirmer.

On serait bien tenté d’en rester là. Mais fou serait de croire que les millions de bernés qui ont mis leur bulletin dans l’urne pour Marine Le Pen vont immédiatement entrer dans l’étincelante lumière macronienne. Il va bien falloir aller les rechercher. Il va falloir se démener, faire valoir des principes auxquels on tient, faire tenir ensemble le principe de vertu avec celui de l’expérience pratique, quel que soit le prix du costume. C’est ce qu’on appelle « faire de la politique ».

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.