Macron, une histoire sans parole

Macron, une histoire sans parole
Le blog de Michel Crépu | Publié le : 06/12/2018

En une poignée de jours, on est passé avec Emmanuel Macron de la fulgurante campagne présidentielle à un sinistre Waterloo dont on ne sait même pas quel sera l’épilogue. Le modèle bonapartien servait pour décrire un talent politique hors-pair, une effraction de plein fouet du vieux milieu des parlementaires plus souvent à la buvette qu’à leur siège. Ce modèle a volé en éclats en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. D’ailleurs, ce n’était pas un modèle. Juste un formidable coup de poker faisant tout à coup Macron l’héritier d’une culture politique française laissée en friche par ses prédécesseurs. Et voici qu’il ne reste quasiment plus rien de cette nouvelle donne. Que s’est il passé pour en arriver à ce stade d’évanescence ? Personne n’a comploté pour faire tomber Macron, il s’est auto désintégré tout seul. À force d’irréalité, d’intelligence abstraite des problèmes qui se posent au pays. À force surtout, et c’est là le plus stupéfiant, le plus incompréhensible, d’absence de relation à la parole. Rien ne peut avoir lieu de décisif en politique, qui ne passe par un usage bien choisi de la parole : on sait cela depuis Cicéron jusqu’au général de Gaulle. C’est le pouvoir du verbe, qui a aussi sa face noire mais qui est la vraie puissance. Si le verbe n’est pas là, il n’y a personne. Seule avec elle-même, une violence « comme une force qui va ». C’est ce qui se passe en ce moment-même.

On s’en veut de pontifier ainsi des énoncés grandioses. On peut aussi se demander simplement pourquoi, revenu de Buenos Aires, le président n’a pas repris aussitôt la main par le biais d’une première déclaration qui eût donné à tout le monde le sentiment qu’il y avait quelqu’un aux commandes. Au lieu de cela, nous avons assisté à un silence tactique, calculateur, et pour finir laissant passer devant lui un train lancé à toute vapeur. Le président Macron ne s’écroule pas, il s’évanouit. Pour qu’il s’écroule, il faudrait qu’il y eût d’abord un corps solide. Il n’est pas là. Il faudrait que cette quête éperdue des « gens » ait pu franchir les épais taillis de la réserve, de l’hostilité. La quête n’a rien donné, elle est tombée sur un mur de surdité, l’évidence triviale de la pauvreté. On avait perçu un peu de cette bonne humeur à la Chirac, lors du dîner avec les maires, à l’Élysée. C’était le bon temps, ça marchait, il suffisait de ne pas faire le premier consul cassant. Tout cela est loin, évanoui, comme un château en Espagne qui a eu juste le temps de faire un peu illusion. Si bien que se fait sentir à présent le sentiment d’une histoire sans parole. Les moratoires, les mesurettes, les annulations désormais si dérisoires, hier encore considérées comme des gestes fondamentaux. Tout a fui, s’est évaporé dans le ciel mensonger des plans com’. La parole si vitale dans de telles conditions s’est repliée comme une fleur. Comme il n’y a personne pour lui donner du souffle, on attend l’orage comme certains soirs d’été. Tout se passe comme si l’histoire qui avait lieu sous nos yeux se déroulait sans parole. Un film muet où dansent des ombres, réduite à l’imminente catastrophe. À cause de cela, il serait ahurissant que le président ne n’exprime pas avant samedi. Une simple, très simple question de responsabilité.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.