Macron, l’intellectuel post-humain

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 09/03/2017

Il n’y a rien de plus ennuyeux à écrire qu’un article sur les intellectuels. C’est ce que nous allons faire ce matin. En France, où le cogito s’équipait toujours d’une solide serviette pour se mettre à table, cette coutume a disparu au profit d’un régime alimentaire que la pudeur et le sens des droits de l’homme interdisent de révéler. L’intello n’a aucun goût, il ne connaît rien à la cuisine et il n’a pas même de vocabulaire pour cela. Le dernier a disparu à peu près au moment où s’installait l’émission de Laurent Ruquier On n’est pas couchés. Les archéologues datent son existence du bout des années 90. Cela reste à déterminer. Jusque là, il y avait encore des auditeurs au Collège de France pour y écouter les derniers ténors du savoir. Sur la Renaissance, l’art étrusque ou la philosophie anglo-saxonne. Tout cela existe encore, mais à l’état de fantôme. Quant aux « intellectuels » ils étaient un pléonasme pour dire « de gauche ». Jamais personne n’a croisé un intellectuel de droite. Cela se saurait. Même Jean-François Revel disait qu’il était de gauche – on s’en souvient, lors de cette spéciale émission d’Apostrophes à lui consacrée. C’est dire.

Le pléonasme a commencé de se déliter à mesure que l’édifice idéologique qui le supportait présentait d’inquiétants signes de faiblesse. Ce dernier vit ses derniers moments sous nos yeux, à mesure que s’élève l’astre macronien au firmament des sondages. Nous avions eu, ici même, il y a quelques mois, la vision d’un Macron nouveau JJSS. Un Jean-Jacques Servan-Schreiber du troisième type allait rompre le binôme droite-gauche au profit d’un nouvel éden sociétal. Cela n’allait pas sans une certaine ironie quand on se souvient ce qu’il advint du destin politique de JJSS : néant. Il n’est pas sûr que les choses en aillent de même pour l’angelot qui monte, qui a déjà dépassé plusieurs stades où il eût du exploser. On a beaucoup dit qu’il avait été « assistant » de Paul Ricœur – ce qui est inexact mais n’empêche pas qu’il ait corrigé les épreuves d’une bibliographie ricœurienne et même rendu visite plus d’une fois au vieux sage de Chatenay-Malabry, ce qui n’est quand même pas tout à fait pareil. Mais n’ergotons pas. Il est certain qu’il y a chez lui un goût spéculatif qui lui fait citer tour à tour Pascal et Lévinas devant Jean-Jacques Bourdin.

Si le lecteur de ce blog matinal n’est pas parti se recoucher à force d’ennui, nous voulons bien lui faire le cadeau d’une nouvelle hypothèse en forme de question atrocement barbante : de quoi Emmanuel Macron est-il le nom ? Eh bien peut-être de ce nouveau monde qui commence, auquel Marcel Gauchet a réservé le titre de son dernier ouvrage[1] et qui se distingue par une absence de pesanteur, quelque de chose de léger, bio, insaisissable et qui semble avoir déjà intégré la nouvelle donne du « post-humain ». Les dernières photos de mode en donnent une excellente idée. Il est certain que dans ce monde là, l’« intellectuel » du bon vieux temps de la bouffarde socialiste n’a plus sa place. Quoi, « post-humain »  s’exclame-t-il en remettant un disque de Léo Ferré. « Comprends pas ! » En réalité, on se croirait dans un film de Kubrick.

Ne vous étonnez pas, vous y êtes.

[1] Le nouveau monde, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2017.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.