Macron, le nouveau JJSS

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 17/11/2016

La NRF, qui ne se trompe jamais dans ses diagnostics littéraro-politiques, affirme que Emmanuel Macron est l’héritier post-moderne de JJSS. Les enfants qui n’étaient pas nés à l’époque doivent savoir que JJSS veut dire Jean-Jacques Servan-Schreiber, qui fut également inventeur de journal. L’Express était fait pour les lecteurs qui ne se voyaient ni dans la peau d’un socialiste, ni dans celle d’un notaire de droite. JJSS était leur Moïse. Quand il tournait la page de son hebdo, on croyait voir s’ouvrir les eaux de la Mer Rouge. On ne voyait pas ce qui pouvait arrêter une telle marche en avant. On lisait alors son grand livre : Le défi américain, et quand on y songe, on se dit que Donald Trump n’en a peut-être jamais rien su. Il est vrai que Donald Trump ne donne pas le sentiment d’ouvrir parfois un livre. Mais c’est peut-être une erreur.

Les temps ont changé. L’Histoire humaine avance comme un vieillard aveugle qui se cogne partout. La marche en avant électorale de JJSS s’est arrêtée d’elle-même. D’un seul coup. Dans une telle absence d’événement qu’on doutait qu’il y eût eu auparavant quelque chose plutôt que rien. Tel n’est pas le cas d’Emmanuel Macron. Il a annoncé sa candidature dans un garage, moitié destroy, moitié troisième gauche. Il promène sur l’assistance un regard de laser. Le président de la République actuel observe à la télévision ce Brutus à pattes d’oie qui le bafoue littéralement. Il y a deux mois encore, Macron n’était même pas né. Et voilà qu’il sonne à la porte de l’Elysée, un livre sous le bras. Le sien. Nul n’a oublié que Emmanuel Macron est un amateur de la philosophie de Paul Ricœur. Non pas son ancien assistant, comme il a été dit faussement, mais un simple correcteur d’épreuves, sans doute dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.

Comment va s’appeler son livre ? Le mot France y figurera-t-il ? À la sauce Ricœur : Finitude et trente-cinq heures. Avec en sous-titre : France et société. Les vieux caciques de la politique néo-pompidolienne considèrent éberlués l’apparition de ce clone d’Harry Potter. Ils raillent, mais de peur. Il serait extraordinaire que la scène politique française étonne le monde, six mois après l’explosion de Donald. Qui sait ? Du haut de la Macron Tower, des dizaines de petits soldats s’apprêtent à verser de l’huile bouillante sur les railleurs inquiets. On s’agite, on s’agite, Monsieur Juppé, « droit dans ses bottes », commence à les trouver de plomb. C’est drôle, il y a encore trois jours, il se sentait des ailes. Et voilà que le vent fraîchit. L’angelot-laser Macron circule dans les airs. C’est tout neuf, c’est la France.

Michel Crépu

 

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.