LES NOUVELLES AVENTURES DE L’ADJUDANT CASTEX

| Publié le : 15/10/2020

Hier soir à la télévision, Emmanuel Macron avait un peu l’air d’un aumônier sermonnant sa troupe de louveteaux indisciplinés. Physiquement, l’actuel président a changé. Plus trace sur son visage, de cet angelot mirifique qui nous avait fait penser à une version post moderne de Bonaparte. On pense si le vrai Bonaparte eût écouté la plainte des comédiens privés de théâtre ! Le président Macron que nous avons vu hier soir avait tout de l’homme qui déguste. « Nous en avons jusqu’à l’été » a-t-il lâché alors que nous étions encore à nous demander si Noël va être tenable. Soudain, un voile a semblé couvrir l’entretien du président : finies les hypothèses qui circulaient encore quant à une résolution rapide des choses avant la fin de l’année - à moins d’avoir un vaccin à trois mille dollars le gorgeon comme en use le président américain.
Ce qui prévaut désormais, c’est de savoir comment nous allons vivre à partir de six heures du soir. On dirait une colonie d’enfants débarqués sur une île déserte qui ne savent pas encore très bien comment on fait la cuisine. Qui va aller chercher du bois dans la forêt, qui va aller « au lait ». Le chef scout aux traits tirés explique le nouveau programme. Son canif pend à la ceinture, il va sûrement nous proposer des jeux éducatifs, des talents vont se révéler. On va inventer quelque chose avant la fin du monde. C’est toujours ainsi que les choses se sont passées, ici bas.
La France est une aumônerie dont il faudrait repeindre la façade. Elle a hérité d’un nouvel adjudant qui s’appelle Jean Castex. Tout le monde l’aime bien quoiqu’il semble peu peser dans les affaires de la République. Quand il parle, on entend un lointain roulement de tambour qui se rapproche du front. Le premier ministre est très 14-18, il n’a aucun humour mais c’est une raison supplémentaire d’estimer son sens de la dignité ministérielle. Le soir, quand il rentre du boulot, il s’éponge le front en ôtant son casque. Les esprits fins qui le daubent feraient mieux d’anticiper la troisième vague plutôt que ricaner. De toute façon, il n’y a plus d’esprit fin qui vaille dans ce pays. Par exemple, une page de Bernard Frank republiée aujourd’hui telle quelle serait illisible, alors qu’il y a trente ans, elle faisait l’enchantement hebdomadaire de ses lecteurs. Trente années de déroute intellectuelle, de mort de l’humour. C’est du propre.
En ce sens, l’adjudant Castex est tout à fait à sa place, sans bien le savoir lui-même. Mais c’est là sa chance : il ne sait pas où on va, mais il y va. Le saurait-il qu’il y aurait lieu de s’inquiéter. Mais non. Il regarde l’horizon où roulent des nuages couleur safran, ce qui est très mauvais signe. L’adjudant Castex ne bronche pas. Les retardataires du couvre-feu auront affaire à lui. Il vérifie l’état des gamelles, il cire son casque pour demain matin.  On ne saurait prendre une meilleure décision que celle-ci : foncer dans la nuit, en sifflotant une belle petite chanson de Charles Trenet.


 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

GISCARD, UN HOMME SEUL
Ce n’est pas un chêne qu’on abat, plutôt le tilleul qui s’affaisse sans un bruit. Giscard s’en va dans un grand moment français d’incertitude, un tumulte d’époque qui ne sait plus à qui s’adresser pour la conduite à suivre. Du temps de ses jeunes années, jeune ministre à l’aise avec tout, ce n’était pas difficile de voir en lui, non une figure d’héritier comme si nous étions en monarchie, mais de successeur. Pompidou avait occupé le fauteuil comme un banquier fumeur de blondes, amateur de modernité chassé par la maladie au terme de longs mois de souffrance stoïque.

REDA, DERNIERES NOUVELLES DU FOND DE L'AIR
Jacques Réda publie ses chroniques écrites pour la NRF entre 1988 et 1995. Cela nous fait penser à ce pharmacien de province qui contenait ses poudres tout là haut sur l'étagère où se trouvaient déjà les anciens traités de médecine. Il ne faut pas s'y tromper toutefois, car derrière les bocaux étiquetés dans le latin de La Fontaine, on trouve encore de ces pochettes, rangées elles aussi, dans l'ordre qui sied à l'amateur de jazz qu'est Jacques Réda, "Jack the Reda", entre Lester Young et Count Basie.

HOLD UP, LA FETE AU VIRUS
Nous n’avons jamais autant parlé de mensonges et de contre-vérités que depuis que les idéologies sont mortes. C’était une quasi obligation morale de proclamer partout qu’il n’y avait rien de pire qu’une idéologie, sorte de monstre se nourrissant du besoin de vérité comme d’autres ont besoin d’aller aux toilettes. Inutile de revenir ici sur les désastres du XXe siècle à cet égard. Le rideau se lève aujourd’hui sur un champ de ruines, l’ancien décor sublime d’où l’on promettait le rasage gratis.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.