Le blog de la NRF

1 2
  • Être un auteur de la classe moyenne
    Le blog de la NRF | Publié le : 24/11/2022

    Un ami espiègle m’a glissé l’autre jour, alors que nous parlions d’un esthète contemporain, que son père aurait bétonné toute la Côte d’Azur. L’anecdote m’a anormalement plu. Détruire le littoral méditerranéen, posséder des goûts d’un raffinement extrême participait bien du même processus. On n’avait pas l’un sans l’autre. « Il n’y a pas de témoignage de culture qui ne soit en même temps témoignage de barbarie. » J’ai appris à méditer l’un des plus célèbres aphorismes de Walter Benjamin, à vivre un peu avec.

    > Lire la suite

  • La bêtise des écrivains
    Le blog de la NRF | Publié le : 17/11/2022

    Il y a peu de choses dont je suis autant certain, même si mon éditrice m’a conseillé plusieurs fois, et probablement à raison, de ne pas trop m’avancer sur ce sujet sensible : c’est qu’on n’écrit de bons romans qu’en exploitant sa propre bêtise.

    > Lire la suite

  • Franzen ou la mélancolie du Midwest
    Le blog de la NRF | Publié le : 10/11/2022

    Le rythme de parution hebdomadaire laisse peu de place au mensonge : non seulement je n’ai pas fini de relire Proust mais je n’ai même pas commencé le nouveau Jonathan Franzen, auteur que j'ai longtemps tenu pour le Tolstoï américain.

    > Lire la suite

  • Proust, théoricien du snobisme
    Le blog de la NRF | Publié le : 03/11/2022

    Je suis sur un assez gros coup : la relecture d’À la recherche du temps perdu. J’ai initialement repris le Quarto que j’avais laissé en suspens, avec un dollar à l’intérieur comme marque-page. On devait être en 2012, j’avais entrepris de noter, surpris par leur grand nombre, toutes les métaphores scientifiques de ce livre qui rencontrait, de façon inattendue, les écrits de Jules Verne.

    > Lire la suite

  • Défense de la littérature mineure
    Le blog de la NRF | Publié le : 27/10/2022

    J’ai eu mon premier enfant l’année où est sorti mon premier livre, j’ai arrêté d’aller dans des fêtes à peu près au même moment. J’existe en cela assez peu, socialement, comme écrivain : je sais me comporter en jeune homme prometteur, je l’ai fait beaucoup trop longtemps, mais en écrivain, je suis toujours mal à l’aise quand on me demande de parler de mes livres — je veux dire hors interview. Je suis plus à l’aise avec la littérature dans un studio télé que dans un salon parisien.

    > Lire la suite

1 2
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.