La ville dont le prince est un enfant

| Publié le : 13/12/2018

La ville : ce serait Paris. Le prince : le président de la république. On pensait à cette pièce de Montherlant l’autre soir, pendant qu’Emmanuel Macron parlait au pays, cherchant une gravité qui le hisse lui-même au-delà de sa juvénilité. Un ton d’enfant grave, les mains posées sur le bureau comme pour prouver qu’il n’a rien fait de mal. Il s’agissait de franchir le fleuve en furie, le fleuve a été franchi, il n’y a pas eu noyade. Mais l’essentiel reste à faire. On lit des mots de mort sur les murs de Paris, qui n’est pas un collège religieux, comme dans la pièce de Montherlant. Ce qui a explosé, c’est le tissu fragile de la médiation. Il ne faudrait pas croire que cent euros suffiront à recomposer ce tissu déchiré. Il y faudra beaucoup plus que de l’argent.

Mais il n’est déjà plus temps de savoir si le président était sincère ou non. Les derniers événements de Strasbourg ont brusquement déplacé une fois de plus le curseur. La question de savoir si le président était sincère et a lâché suffisamment de lest, a été soufflée par l’écroulement d’un touriste thaïlandais, abattu à bout portant sur un pont de Strasbourg. Sa femme blessée pleurait à ses côtés, n’y comprenant rien. Et voilà que son mari était déjà mort. Paris ou Strasbourg, ou la Thaïlande ? On a beau savoir que les Champs-Élysées sont un lieu dédié aux défunts heureux, ce n’est pas aux morts qu’on pense le plus là-bas à l’exception du fameux soldat, qui n’a jamais autant fait parler de lui. Les temps changent.

La ville, dans la pièce de Montherlant, c’est un collège religieux où les tourments spirituels ont une forte odeur de soufre. Du Montherlant tout craché, où le père supérieur parle comme un voyou et le voyou égrène son chapelet. C’est une obsession remarquable, chez l’auteur de La reine morte, ce besoin de grandeur sans décorum d’entourloupe. Une grandeur à la bonne taille, simple, sans chichis, comme chez les Romains qu’il aimait tant. Sinon où est la grandeur ? La vraie ? Ne pas tricher, voilà l’objectif. Valable aussi pour un président de la république. Ainsi les observateurs politiques ont-ils vu Emmanuel Macron chercher à la fois Jupiter et un petit gars de la campagne. Pas facile, surtout quand on a des responsabilités politiques, ce qui n’était pas le cas de Montherlant qui pouvait bien s’en conter à son aise. Son suicide avoue peut être aussi cela : un désespoir de ne rencontrer personne avec qui s’entendre sur ces points là, surtout ceux-là. Ni un Jupiter, ni un petit gars. Un désespoir de ne pas trouver le bon rythme. Enfin on n’en sait rien. C’est simplement étrange de penser à Montherlant aujourd’hui. Ce serait intéressant de remonter La ville dont le prince est un enfant. Comme ça, pour voir.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Guyotat au bout de la langue
Le crâne d’un bonze glabre, l’allure d’un vieux chef scout avec son piolet (son père avait été médecin de campagne), il émanait de sa personne quelque chose de doux et mystérieux. Pierre Guyotat qui vient de mourir à l’âge de quatre-vingts ans, était une tour de silence. Il parlait parfois, toujours dans la simplicité, disant des choses à mi chemin de la littérature et du comptoir de bistrot. Rien que de normal, c’est sur la page que les choses importantes avaient lieu.

Maître Steiner
On le sait bien que le mot d’humanisme pend comme une vieille chaussette au milieu des vitrines de Noël de l’imposture philosophique. Les chaussettes de Steiner se remarquaient tout de suite à l’usage du talon qui racle, à force des heures passées en bibliothèque à peser le pour et le contre. Par exemple, « pour » Dostoïevski ou « pour » Tolstoï ? C’était la grande question durant ces années charnières, entre Lévi-Strauss et Soljenitsyne, quand on ne savait plus très bien qui était mort, Dieu, l’homme ?

COMMENT ECHAPPER A FABRICE LUCHINI ?
Mme de Charlezet dans le Doubs, nous écrit : « Pourquoi Fabrice Luchini est-il désormais le seul habilité à dire des poèmes ? On dirait qu’il n’y a plus que lui, il est tout le temps invité à l’émission d’Alain Finkielkraut, Répliques, c’est tout de même un peu fort. Chère NRF, expliquez nous ça ! » On voit que Mme de Charlezet ne manque pas d’aplomb à poser sa question sur la table comme Robin des Bois son butin. Elle se fait par là, on s’en doute, l’écho d’une question qui se pose à beaucoup.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.