L'homme qui avait rendez-vous

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/09/2016

Soit vous vous passionnez pour ce qui est en train de se passer aux USA, soit vous y tournez le dos et vous plongez dans le formidable premier roman d’Emmanuel Villin : Sporting club[1]. L’hypothèse américaine est très excitante, car il se pourrait que la story change de camp, ou de nature. Non plus la merveilleuse ascension d’Hillary Clinton, première femme à entrer à la Maison Blanche as présidente, mais sa chute aux enfers face à une brute milliardaire qui a pour lui le bagou, l’absence de surmoi et par conséquent les faveurs du public. À l’heure de ces lignes, il est trop tôt pour décider de la balance. Qui va en décider ? Une toux insistante ou bien la sortie sur les électeurs « pitoyables » de Donald Trump ? Ce qui menace le plus Hillary, ce n’est pas la pneumonie mais le mépris dont elle a fait preuve à l’égard d’une partie des électeurs « trumpistes ».

On dira qu’il est très possible de se passionner à la fois pour le changement américain de story et la lecture de Sporting club. Nous avons là une forme de ying yang quasi parfait où la maîtrise des affaires du monde croise l’inanité d’une société qui a déjà vécu l’apocalypse. D’un côté les affaires de la cité, comme un dialogue de Platon bourré de Coca-Cola, de l’autre le chaos, l’argent absurde, le soleil donnant sur des appartements sublimes et vides. Où est l’histoire ? Qu’est-ce qui est le plus important ? Le narrateur de Sporting club fait penser à ces derniers anachorètes de casino après que tout le monde a quitté les lieux. Il n’a plus aucune raison de rester dans cette ville imaginaire où chacun pourra loger la sienne propre. Ce ne sont pas les noms qui manquent. Plus aucune raison sinon un rendez-vous avec Camille. Mais qui est Camille ? On dirait un trafiquant d’opium, cruel, cultivé, jouant du piano à l’occasion, en sachant toujours une de plus que vous sur la situation.

Le rendez-vous avec Camille pourrait donner lieu à un projet, des entretiens, on ne sait pas au juste et l’on n’en saura pas plus. Le narrateur l’a compris, il l’accepte en tout cas. Villin a dû lire Le désert des tartares dans sa jeunesse. Il a dû rêver longtemps sur ces désastres bibliques qui montrent d’anciens dignitaires écroulés dans la pierrerie et les coussins. Ajoutons-y (notre imagination ne chôme pas pendant ce temps) un ou deux éléphants errant dans les ténèbres du casino et l’on peut se faire une idée de l’ambiance. Quand l’histoire a déserté la place, il ne reste plus rien à faire qu’à regarder devant soi scintiller la mer et puis c’est tout. Villin ne se départit pas d’un laconisme du « jour d’après » quand tout a eu lieu, avec ou sans Camille, quelle importance. Il voit et fait voir des choses inédites, c’est très troublant. Tout cela est mené avec justesse et laisse un goût étrange de fin du monde. Il est peu probable que Donald Trump lise un jour Sporting club. Mais qui sait ? Le destin se chargera peut-être de lui mettre entre les mains. La story a encore quelques chapitres devant elle.

 

[1] Éditions Asphalte, 130 p., 15 euros.

 

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.