Jupiter fait une blague

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 08/06/2017

Notre-Dame-de-Paris portes closes à six heures de l’après midi, voilà qui n’est pas normal. La terre entière défile en permanence dans cet endroit unique au monde, que s’est-il donc passé ? C’est que le gendarme de faction aux portes de la cathédrale a reçu un coup de marteau sur la tête avec les compliments de l’État Islamique. « Tiens ! pour la Syrie ! » s’est écrié l’assommeur avant d’être mis hors d’état. Il faisait beau, mardi en fin d’après midi, les pluies d’orage étaient délicieuses et le babil international n’a pas cessé pour autant son ramage. On s’habitue à tout. Vous changez de trottoir, mais vous ne savez pas si le fait de changer de trottoir ne va pas changer votre vie. Les bouquinistes du bord de Seine arrangeaient leur capote de protection pour les précieux volumes un peu mouillés. Il y avait de l’ambiance, un corps allongé là-bas, la routine.

On sait maintenant que l’assommeur, Farid Iken, était étudiant en sciences de la communication, âgé de quarante ans. Son directeur de thèse sans nouvelles de lui depuis un an. Un an comme un trou noir où l’on penche la tête pour comprendre. Car décidément, cela ne colle pas. Comment un jeune homme studieux, pas du tout « hors des clous » a-t-il pu se retrouver dans un tel cas de figure ? Farid Iken avait été également journaliste à El Watan, correspondant du Huffington Post. Le directeur de thèse est tout surpris de retrouver son étudiant dans la peau d’un tueur de Daech. Et nous donc. Son interrogatoire apportera des lumières, il faut l’espérer. On en a besoin alors que l’émirat du Qatar, désigné par Donald Trump comme le premier fournisseur du terrorisme, se trouve mis au ban par ses « collègues » d’Arabie Saoudite. Même Tintin, spécialement dépêché sur les lieux, y perd son latin. L’entremêlement des intérêts en jeu est d’une telle complexité que l’on aurait presque envie de s’exiler dans un hameau auvergnat. Le garde champêtre y croit toujours que la guerre n’est pas finie. Il a raison.

Comment va Jupiter, au fait ? Parfois, on voit son ombre passer à une fenêtre de l’Elysée. L’ange foudroyant qui est en train de changer la société française a cru amusant de blaguer sur les petites embarcations comoriennes (kwassa-kwassa) qui transportent des migrants vers la terre promise. La vulgarité de la blague tranche sur l’énarque citant volontiers Thomas d’Aquin. C’est un peu comme si, en plein philarmonique de Berlin, un quidam donnait un violent coup de trompette. Cette faute de langage n’est pas une bonne nouvelle tant elle fleure le subconscient brut. On savait qu’il n’y aurait pas d’état de grâce pour Jupiter. L’intéressé nous fait savoir que lui-même n’en veut pas.

Michel Crépu

 

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.