Bernard Cazeneuve, prix Goncourt du nœud de cravate

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 08/12/2016

Hors de ma vue, misérable créature, qui n’avez pas encore ouvert le 4e tome du Journal de H. D. Thoreau ! Thoreau, bon sang ! Ses godasses ! Sa barbe de Moïse dans sa cabane de Walden au bord de l’eau ! Sa volonté inflexible de s’en tenir à ses seules forces ! Au canif, et encore. Au-delà des limites du corps : mensonge. Ce que tu ne peux obtenir du travail de tes propres mains, ignore-le ! Ce tome 4 (1846-1850) entièrement traduit, annoté par Thierry Gillyboeuf (Éditions Finitude), ressemble à un livre de comptes tenu par un pasteur qui pèse les péchés par kilos de pommes de terre. Tout ce que Thoreau touche est comme frappé d’incarnation. Personne n’a décrit un poisson dans son assiette comme s’il vivait encore. Thoreau lisait par ailleurs beaucoup les grands textes spirituels de l’Asie auxquels nous ne comprenons merveilleusement rien et qu’il dégustait comme le trappeur du Massachusetts déjeune d’un jambon d’ours. L’Inde des Vedas n’avait pas de secret pour lui, n’oubliant jamais de rester toujours les pieds sur terre. Il n’y a que Roberto Calasso, aujourd’hui, pour répondre à des questions de la salle sur les Vedas. Mais personne ne comprend rien non plus à Calasso. On préfère aller tout de suite dans la salle de relaxation où le magazine Fitness remplace les Upanishads.

Voilà déjà presque une semaine que le président Hollande a déclaré lui-même en direct sa mort politique. Du coup, sa cote remonte en flèche. Ironie. Il commence à prendre à l’instant même de son « renoncement ». Il est curieux que personne n’ait relevé que le terme « progressiste » avait remplacé, dans la bouche présidentielle, le mot attendu de « socialiste ». Ce « macronisme » lexical aurait pu éveiller l’attention des prétendants, lesquels se bousculent au portillon dans l’espoir d’arracher un strapontin. Manuel Walls, dans l’habit d’un petit toréador un peu serré à la taille, pourra peut-être donner le coup de grâce au défi électoral qui se présente devant lui. Arriver à être en même temps un petit gars de Billancourt et un lecteur du Wall Stret Journal. Des perles de sueur ourlent en permanence son col de chemise. Son coach a dû lui conseiller de laisser couler cette sueur quasi churchillienne.

Mais voici que s’avance déjà sur la scène le suprêmement élégant Bernard Cazeneuve, notre nouveau Prime Minister. Pendant que les autres s’échinent à enfiler des bleus de chauffe pour faire « classe populaire », lui harangue en pochette-cravate british. Bernard Cazeneuve est un homme de gauche. Et pourquoi le fait d’être à gauche lui interdirait-il de s’habiller comme Paul Morand ? Il va plaire énormément aux Français qui vont le réclamer à la présidence. Durant les heures noires des attentats terroristes, il a fait mieux que sécuriser, il a rassuré. Toujours de ce ton glabre et posé qui donnait à la foule inquiète le sentiment que quelqu’un était là. Cela lui sera compté en faveur et nous ne doutons pas qu’il aura l’élégance de l’ignorer. Vive Bernard Cazeneuve qui n’est pas vulgaire. La NRF lui décerne le prix du meilleur nœud de cravate, donnant ainsi raison à Henry James, qui voyait dans le nœud de cravate bien tourné un sommet de civilisation. À moins qu’il ne troque la cravate club contre un pantalon de charpentier à la mode Thoreau : cela ne changerait rien à notre préférence.

La civilisation. C’est bien de cela qu’il s’agit. À ce sujet, notre éminent collègue Eric de la Vigneraie nous envoie cette pièce rare de la galaxie balzacienne que nous confions bien volontiers à l’attention des lecteurs : « …Nous aimions alors à rester dans le je ne sais quel calme, espèce de juste milieu entre la rêverie du penseur et la satisfaction des animaux ruminants, qu’il faudrait appeler la mélancolie matérielle de la gastronomie. » Extrait de L’auberge rouge. La NRF remercie son éminent collègue pour cette vue des arrière-cours. Comme une photo de famille.

À la semaine prochaine.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.