Être Charlie or not to be

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 07/05/2015

Une récente déclaration du gratin littéraire américain (Banks, Carey, Ondatjee, etc.) désapprouve la remise du prix du Pen Club au journal Charlie Hebdo pour son « courage » à l'exercice de la liberté d'expression. Il vaut la peine de s'arrêter cinq minutes sur ce point délicat de l'être-Charlie, concept allégorique à l'usage du rebelle voltairien. On a pu croire un moment qu'il n'était d'autre option, pour le sens général de la dignité humaine, que d'arborer le célèbre macaron. Malheur à ceux qui, cet hiver, passèrent outre. Ils ne voyaient pas pourquoi, les malheureux, la liberté d'expression impliquait qu'on affiche au plastron son certificat de bonne conduite. De toute manière, tout le monde s'est admirablement conduit. Comme jamais depuis la Libération. Et tant pis si, sur le quatre millions d'êtres-charlies sublimement républicains, il manquait l'essentiel, comme vient de le faire justement remarquer M. Emmanuel Todd, quoique avec beaucoup d'emphase, dans son dernier pamphlet : le monde inconnu des banlieues à large majorité musulmane. Il eût fallu faire preuve d'une grande naïveté pour croire que la « banlieue » se joindrait au cortège, soudain illuminée par la grâce républicaine. Todd parle d'« imposture ». C'est fuir la difficulté. Plutôt que de brasser ses statistiques comme un prestidigitateur de seconde main, Todd devrait bien plutôt s'interroger sur les paradoxes d'une société française aussi empreinte de catholicisme que de mémoire révolutionnaire. Ce qu'on a vu, le 11 janvier, c'est la permanence inattendue du symbolique. Cela dérange Todd d'y reconnaître la prégnance d'un « catholicisme de gauche ». Il devrait plutôt se réjouir de cette survivance d'un « esprit » désormais quasi seul à porter un enjeu capital de civilisation fraternelle. Mais Todd est pressé, il n'a pas le temps. Un mois, pour un écrire un livre sur un tournant historique dans l'histoire de ce pays, c'est quand même très peu.

Un autre point délicat dans cette affaire concerne ce qu'on appelle la « critique » du religieux, le droit au « blasphème ». Il n'y a qu'un cri, désormais, pour réclamer le droit à l'insulte, à la moquerie. Quiconque objecte à cela passe pour un vil dévot. On se permettra au contraire de voir dans cette réduction une accablante victoire du terrorisme. Le terrorisme a réussi ce prodigieux tour de force d'obliger le grand nombre à ne voir dans le religieux qu'une sordide matière juste bonne au crachat. Comme si tout le religieux était réduit à une fonction de repoussoir. Il nous semble pourtant que lorsque nous écoutons la passion selon saint Mathieu d'un certain Bach, ce n'est pas le l'envie de cracher qui nous vient en premier à l'esprit. Même chose avec ces pauvres dévots qui, en Irak, en Syrie, se font mitrailler à la sortie de la messe. Le religieux, c'est l'échelle de la transcendance. On peut récuser cette échelle, on ne saurait la confondre avec les diverses incarnations du despotisme qui la déshonorent. Quand il arrive encore qu'on ouvre un quelconque ouvrage de saint Thomas d'Aquin ou saint Augustin, ce qui frappe, voyez vous, c'est la subtilité, l'intelligence extrême, la beauté. Et non pas la servitude mentale.

La raison d'être du religieux, ce n'est pas de servir de pâte à blasphème. C'est, comme le rappelait Benjamin Constant, athée comme il n'était pas permis, de servir d'appareil symbolique quant aux questions « dernières » : la mort, le destin, etc. Oublier cela, c'est confondre, d'une manière imbécile, le « Tout Autre » avec un garde-chiourme. Est-ce trop demander de ne pas confondre Jean-Sébastien Bach avec les slogans de Daesh ? Du reste, cette non-confusion n'empêche nullement de revendiquer le droit au ricanement voltairien. Non pas même un droit, mais une langue naturelle. Point de certificat nécessaire pour la liberté de penser. Ou alors, c'est une toute petite liberté de pensée. Une petite liberté, mais sans pensée. Drôle de liberté, qui ne pense pas.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert
Avec sa reliure façon « club français du livre », le dernier ouvrage de Michel Houellebecq semble une édition de luxe d’un grand roman d’Henri Troyat, du temps où les romans étaient conçus comme des armoires normandes, pour durer très longtemps. Qu’en sera-t-il de ce monstre narratif où l’auteur des Particules a voulu braquer sa lanterne ?

Présidentielle sans fin Présidentielle sans fin
Ce que l’on vit, maintenant, c’est l’après deuil des « grandes idéologies ». L’URSS est morte il y a trente ans et nombreux, alors, furent ceux qui pensaient à l’avènement d’un règne de l’après, confondu par certains avec la « fin » de l’histoire. Et puis l’on s’est rendu compte que cette « fin de l’histoire » contenait en elle-même quantité de virus clandestins, impossibles à détecter, qui n’obéissaient à aucune logique déjà expérimentée. On disait : « fin des grandes idéologies » alors même que c’était la notion de « fin » qui n’avait plus aucun sens.

Soir d’hiver Soir d’hiver
La fin de l’année s’approche, dans un climat de drôle de guerre. On croyait pouvoir se donne la fraîcheur intime d’un prochain Noël et voilà qu’il faut à nouveau astiquer les seringues. C’est le moment de ressortir un vieux NRF, cru 1977 entretenu au fil des mois, des ans, par celui qui en fut le promeneur mystérieux, Marcel Arland, plus que n’importe quel autre.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.