Être célèbre au moins trois siècles

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 14/06/2018

On ouvre, on lit dans La Gazette Drouot qu’un portrait du père de Louis XVI a été mis en vente le 10 juin dernier chez Mercier et Cie, Commissaires priseurs associés. Le portrait a été exécuté en 1766 par le peintre Jean-Marchal Fredou : Portrait de Monseigneur le Dauphin, fils de Louis XV, père de Louis XVI. Et voilà comment on peint l’histoire. Monseigneur le Dauphin nous dévisage de l’autre côté de l’aquarium, il est loin, très loin, un très vague sourire éclaire son visage bien rasé de gentilhomme, au brassard de soie bleue. À noter encore le jabot, les cheveux frisés au fer. Voilà un visage qui ne cherche pas à s’imposer, il veut bien nous considérer, des profondeurs du passé. Il y a de la gentillesse dans ce visage, ou plutôt une imperceptible douceur. Ce visage doux ne sait pas encore qu’il va être broyé d’ici une petite vingtaine d’années. Personne n’en sait rien. Lui en tout cas regarde l’abîme du temps sans avoir le moins du monde conscience de ce qui arrive.

Le Dauphin n’a rien de spécial. Croisé dans la foule des salons de Versailles, on ne se retourne pas sur lui, il ressemble à tant d’autres qui ont fini la course accrochés à quelque cintre du Louvre. Il fait penser à Saint-Simon évoquant Fénelon dans les Mémoires : « Je n’ai jamais connu monsieur de Cambrai que de visage. » La connaissance d’autrui s’arrête devant le corps : aller plus loin, c’est sortir son grand couteau, passer à autre chose, à la dissection. Mais là, avec le père de Louis XVI, on a au contraire besoin d’une infinie douceur pour se poser sur la surface comme le petit rover actuellement en mission sur la planète Mars. Oui, c’est cela : Monseigneur le Dauphin est une planète à lui tout seul. On aimerait lui donner des nouvelles mais cela s’avère difficile. Un voile mystérieux s’interpose. Peut-être, ce gentilhomme se doute-t-il obscurément de quelque chose. Pourquoi non ?

D’ailleurs s’occupe-t-il de son fils ? Imaginons un instant cela : Louis XVI bébé. Les bébés n’étaient pas à la noce, dans ce monde-là. Un jour l’ancien bébé montera une à une les marches de bois qui mènent à l’échafaud. Des milliers de Parisiens l’observeront se prêter aux derniers apprêts. Le père était-il encore vivant à ce moment là ? Nous l’allons vérifier. Un effet de sidération se fait sentir, tandis que nous essayons de passer à autre chose, mais sans y parvenir. Qu’est-ce qui nous retient à ce point ? La distance, l’abîme de jours qui nous séparent de cet homme ? L’énigme de l’histoire, l’enchaînement des événements. Aujourd’hui, ce tableau qu’on regarde presque comme une lithographie de Warhol ? Monseigneur le Dauphin n’est pas entré dans l’histoire parce qu’il y était déjà, de toute façon. Son fils, lui, a fait une entrée fracassante. Au fait qui a bien peint Louis XVI ? Largillière a peint admirablement les femmes, comme « la belle Strasbourgeoise », en 1703. On aimerait un Louis XVI aussi doucement élégant, peint par Nicolas Largillière. Un visage pour remonter à travers le Temps.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.