Du meurtre considéré comme rien du tout

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 19/11/2015

Tout le reste, à côté, paraît de l’avoine pour percheron, du grain à moudre pour colloque à Sciences-Po. Ces considérations savantes sur l’avenir du chiisme, ces variables sur l’influence du marché de la drogue, ces retrouvailles, tout à coup, avec le tsar du Kremlin hier encore méprisé, le charme pittoresque du quartier bruxellois de Molenbeek, où le passeport syrien s’achète en même temps que la bouteille de lait, quoi d’autre encore ? Tout cela n’est rien comparé à la faconde d’Abdelhamid Abaaoud traînant, hilare, au volant de sa bonne vieille Dodge un chapelet de cadavres mutilés. Ici s’arrête le doux ronron du débat entre spécialistes, ici l’écran radar s’affole. Certes, on use du mot de « radicalisation » pour désigner ce trou noir. Le mot est faible et même la relecture d’Hannah Arendt, sa célèbre version du procès Eichmann sous le signe de la « banalité du mal » ne colle pas. Alors quoi ? On pourrait donc tuer comme on décapsule un Coca ? Tuer ne voudrait donc plus rien dire du tout ?

Eichmann, dans son box, figure à la perfection le fonctionnaire nazi n’ayant même pas besoin de forcer la note pour faire du zèle. Le nazi lui-même est le fruit d’une longue histoire dont nous n’avons pas épuisé l’analyse. Mais Abaaoud ? Hier encore, ce jeune homme était un voisin exquis. Sa mère, son père, ses frères et sœurs partageaient les repas, disaient les prières, et il n’y avait rien de spécial à tout cela. Et voilà qu’un beau matin la chaise est vide. En un clin d’œil, invisible à l’œil nu en tout cas, le garçon est passé du gentil frérot au monstre coiffé d’un sympathique bonnet de laine. Que s’est-il passé qui rende compte d’un tel vertige ? On invoque les heures perdues de prison, conséquences d’une menue délinquance qui se met insidieusement à prendre. Mais cela suffit-il pour comprendre ?

De bons esprits cultivés invoquent le « vide spirituel ». Il paraît que l’Islam radical vient occuper la place vide laissée par un catholicisme qui ne dit plus rien à personne. Ces mêmes bons esprits répètent à satiété que la jeunesse est en manque de transcendance, qu’elle ne se satisfait pas des jeux vidéo qui lui servent de réel, faute d’une confrontation véritable avec ce monde. Et certes, il y a bien du vrai dans ces lamentations. Mais pourtant, ce lamento a trop pour lui pour ne pas être suspect à son tour de superficialité morale. Les jeunes gens de vingt ans mitraillés à la terrasse d’un café n’étaient pas coupables de « vide spirituel ». Il n’y avait rien de décadent à boire un verre entre amis. Ils lisaient des livres, allaient au concert, s’intéressaient à toutes sortes de domaines de la vie du monde et de l’esprit. Ils n’avaient rien à envier à leurs ancêtres qui n’ont pas vu venir.

Il existe, à l’heure où nous parlons, des jeunes gens qui étudient telle partition de Bach ou de Mozart, tel manuscrit de Cervantès ou de Tolstoï, cela dans la plus parfaite discrétion. Ils ne figurent pas sur les statistiques du déclin spirituel. Quelque chose nous dit même que si tout ne s’est pas encore complètement effondré, c’est grâce à cette patience discrète, qui ne fait pas parler d’elle et tient pourtant la baraque. Certes, cela laisse entière l’énigme posée par le sourire terrifiant de Abdelhamid Abaaoud. L’hypothèse du vide spirituel a beaucoup pour elle, mais il se pourrait seulement qu’elle soit encore bien plus profonde qu’on ne saurait le croire.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.