Dernières nouvelles de l’ange

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 01/06/2017

J’aime ce vers de Francis Jammes, qui m’accompagne le matin : « Il fait chaud, il fait chaud, il fait chaud. » Non, je n’écrirai pas à la suite : « mais qui se souvient de Jammes ? », car si je suis sans illusion sur la situation posthume de cet homme dont on a publié la correspondance avec Gide, je peux imaginer qu’il se trouve peut-être un autre être humain pour être touché par la simplicité de cette poésie. Cela fait que nous serions deux, et cela suffit pour redémarrer les affaires. Quel besoin de se lamenter sur la misère poétique des temps que nous vivons ? Quand Mme Nyssen ouvre ses volets, au chant du coq, on sent le frémissement dans le feuillage et Mme Nyssen se dit que c’est une belle journée qui commence pour le ministère de la Culture.

Il faut dire que les affaires sont mirobolantes. En huit petites journées, nous sommes passés de René Coty bis à Superman-Mac. L’angelot qui excitait notre raillerie d’incrédules a tombé le masque : nous avons vu se dresser devant nous un archange présidentiel sec et coupant. Il n’est pas jusqu’à Donald Trump qui n’ait senti la fulgurance macronienne lui siffler aux oreilles. La poignée de main entre les deux hommes, reprise en une de tous les news américains, avait pratiquement l’allure d’une finale de boxe à la Cassius Clay. Il faut dire que Donald Trump ne laisse guère d’alternative à ses partenaires-adversaires. Bute ou crève. Notre archange national a choisi le crochet ultra rapide. Il pouvait dignement rentrer à la maison sous les yeux admiratifs d’Angela.

Si, comme tout le laisse à penser, l’Amérique trumpienne tourne le dos à l’accord de Paris sur le réchauffement climatique, il faudra alors que le sergent Hulot monte au front, quart de gnôle à la ceinture. Allez Hulot ! On le voit bien en maillot jaune tirer le peloton sur les pentes du Tourmalet. Le gringalet à tisane se révélant un Hercule de l’effort. Pas rouleur de muscles pour autant. Le sergent Hulot tient pour une « sobriété douce » dans notre hygiène de vie, ce qui agace un esprit aussi acéré que celui de Pascal Bruckner. Interrogé dans Le Point l’essayiste trouve à cette sobriété hulotienne un relent de pétainisme. Cela lui rappelle l’époque où le Maréchal nous reprochait nos turpitudes en guise d’explication à la défaite de 40. Bruckner a infiniment raison de sonner déjà le tocsin. Il pourrait aussi bien s’aviser que le concept de sobriété, la sobrietas de toute la culture monastique médiévale héritée de la règle de saint Benoît, est naturellement d’un autre ordre que celui du Vichy des années noires. On voit que le président Macron, par sa culture philosophique, est lui-même un adepte de la sobrietas. C’est ce qui donne à son propos cette étincelante élasticité, propre à démêler, dans les petites misères juridiques, le bon grain de l’ivraie.

C’est la justice qui a le dernier mot, a-t-il répété au conseil des ministres. Il n’y a rien de plus vrai, n’en déplaise au Canard enchaîné qui gouverne la France. M. Ferrand est des deux, il y a en lui du bon grain et de l’ivraie. C’est drôle, on dirait un être humain. Si cela devait être le cas, au vu des barèmes en cours, il devrait immédiatement démissionner. Quoi ! Des êtres humains au gouvernement ?? Et puis quoi encore.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

QUI LE SAIT ? QUI S’EN SOUVIENDRA ?
C’est un entretien de Giscard avec Frédéric Mitterrand. On a vu cela à la télévision, sur la chaîne parlementaire. L’ancien président parle de littérature et de poésie, il récite le poème de Baudelaire, le fameux « vert paradis des amours enfantines ». Le ton est posé, calme, sans la moindre affectation rhétorique. On écoute les vers arriver les uns derrière les autres, comme on déroule un papier chinois. La voix de Giscard ne résonne pas, elle dépose. Le poème de Baudelaire est un des plus beaux.

REDA, DERNIERES NOUVELLES DU FOND DE L'AIR
Jacques Réda publie ses chroniques écrites pour la NRF entre 1988 et 1995. Cela nous fait penser à ce pharmacien de province qui contenait ses poudres tout là haut sur l'étagère où se trouvaient déjà les anciens traités de médecine. Il ne faut pas s'y tromper toutefois, car derrière les bocaux étiquetés dans le latin de La Fontaine, on trouve encore de ces pochettes, rangées elles aussi, dans l'ordre qui sied à l'amateur de jazz qu'est Jacques Réda, "Jack the Reda", entre Lester Young et Count Basie.

Joe Biden, humilité, élégance
L’actualité américaine nous étonne par sa façon de remonter à travers les années. L’épisode Trump est-il à peine refermé que la silhouette de Joe Biden occupe désormais le cadre. Il serait difficile de trouver symétrique plus inversé : Trump était vulgaire et menteur, Biden est élégant et humble. Il pourra servir de modèle d’instruction à tous ceux qui aspirent à faire carrière dans la politique. Ce ne sera pas très difficile, car Biden n’est pas un acteur complexe. Ce qui domine, chez lui, c’est un effet de clarté.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.