Déon gratias

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 19/01/2017

C’est une belle journée d’hiver, toute en bleu et or. Une journée de semaine du genre mardi ou mercredi. Place Saint-Germain-des-Prés, les voitures font tût-tût et pin-pon, elles sont comme les poules qui ne savent pas qu’on va leur couper la tête. Car bientôt, il n’y aura plus de voitures à Paris. Ce sera le Paradis avec un « p » majuscule. Quai Malaquais, quai de la Tournelle, on verra des paysans faire les foins le long des berges et des super-bobos les croiseront en remontant du sauna. Ce sera un monde merveilleux où plus personne ne travaille. Ce jour incroyable approche, on le sent venir comme à Moscou en 1917, on sentait monter la vague révolutionnaire. Ce sera la première fois que l’on fait la révolution en maillot de bain.

Dans l’église Saint-Germain qui en a tant vu il y a du monde. C’est pour rendre un ultime hommage à Michel Déon qui est mort le mois dernier. Le mort n’est pas là, mais ses amis entourent son esprit qui flotte dans l’air de ce beau jour hivernal. Jean d’Ormesson, l’infatigable immortel, trace un délicat portrait de son « ami Michel ». Déon lui-même n’était pas très porté sur Dieu et les choses divines. La beauté du monde suffisait à ce monarchiste épicurien. À quoi bon en rajouter une couche ? Les jeux de la lumière sur la Seine forment une démonstration bien suffisante de l’existence de Dieu pour ceux qui y tiennent absolument. Le crayon de Jean d’O n’a pas faibli dans son contour. Il laisse ensuite la place à une lecture du Livre de l’Ecclésiaste dont tout le monde connaît l’antienne : Vanité des vanités tout est vanité ! La foule dense des amis de Michel Déon se le tient pour dit. « Le petit milieu des lettres » qui fabrique de la vanité au rythme d’une usine de confection chinoise se sent ragaillardi par les paroles bibliques. On parle d’elle dans le plus beau livre du monde.

« Je vois tous les vivants qui vont sous le soleil » écrit le sage, et nous pourrions bien prétendre, une heure pas plus, au secrétariat dudit sage. Regarder les vivants aller et venir sous le soleil est une activité de base qui se suffit à elle-même. Mais il faut faire vite : car « il est venu dans la vanité, il s’en va dans les ténèbres, et dans les ténèbres son nom est enseveli. » Pour des gens qui aiment à découvrir leur nom en couverture d’un livre, les paroles du sage sont un peu dures à avaler. Mais qu’y faire ? « Et même s’il avait vécu deux fois mille ans, il n’aurait pas vu le bonheur : n’est-ce pas vers un même lieu que tous s’en vont ? » On songe à ces dialogues chinois entre vieux ascètes de la montagne. « Qu’est-ce donc que le bonheur si même deux fois deux mille ans ne suffisent pas à le dire ? » Michel Déon pourrait sûrement nous en dire un mot, mais il est déjà parti, il nous laisse entre vivants, rejoindre les menus tracas du jour. On s’écoule dans la rue. De vieilles figurines médiévales nous observent du dedans de la boutique d’antiquaire. Est-ce donc ainsi que les hommes meurent ? On dirait. Parfois. Merci du message, monsieur Déon.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.