De mai 68 à juin 16

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 16/06/2016

Les gros autocars joyeux, bondés de cégétistes en goguette sont repartis aux quatre coins de la France. On comprend bien que les militants garderont de ce jour un souvenir illuminé. Nous les avons observé, depuis la terrasse du Select où l’on peut encore boire un petit Bourgueil des plus honorables. Chacun avait son drapeau, sa bannière comme aux défilés de carnaval, à la mi-Carême. Et l’on sentait bien qu’ils étaient les membres d’une même famille. La famille de ceux qui ne s’en laissent pas compter par les représentants du Grand Capital. En eussions-nous douté, que le Lénine tatoué sur le bras gauche de mon voisin (il s’était arrêté un instant au Select pour reprendre des forces avant de continuer la lutte) nous aurait vite ramené dans le droit chemin. L’esprit de compromis, en France, du moins pour une partie de la France, est synonyme de traîtrise. Le mot « compromis » lui-même, est odieux à entendre du point de vue de l’oreille révolutionnaire. On dirait que par « compromis », il s’agit d’une transaction douteuse, honteuse. Le compromis dispense une lumière qui n’est pas nette, il ne permet pas, en outre, de chanter des chansons dans le joyeux autocar qui ramène à la maison. Qu’y faire ? Il en va de ce malheureux concept (il n’aura jamais sa place au Panthéon) comme de la névrose psychanalytique : il laisse un peu de place à la jouissance, mais entre 5 et 7 seulement. Le reste du temps : rideau sur les enthousiasmes, niet au « pas raisonnable ». Un moment, nous avons pensé nous faire tatouer un beau Lénine, notre refrain de l’Internationale en aurait paru plus convaincant. Et puis nous nous sommes ravisés.

Voilà un drôle de « Mai 68 » puisque c’est ainsi que les protagonistes vivent ces journées sans fin. La journée, on envoie des pierres dans la vitrine d’un hôpital (l’odieux hôpital qui ne fait pas de différence entre les riches et les pauvres) ; le soir on chante la Marseillaise au stade Vélodrome de Marseille contre l’Albanie. Encore une chance que le petit Dimitri a définitivement réglé son sort aux joueurs albanais. Du diable si je sais pointer l’Albanie sur une carte. Jadis, on disait « le pays des aigles ». Ses joueurs n’ont pas failli à cette réputation d’animaux volants et l’équipe de France devrait mettre un cierge à la Vierge du Vieux Port en remerciement de la victoire in extremis. On aimerait bien que les choses se passent toujours ainsi et nous nous sentons quasi d’humeur à entonner l’hymne national. Quelque chose cependant nous en empêche. Ce couple de policiers assassinés, un enfant de trois ans restant seul - sous la protection de qui, désormais ? Quelle va être sa vie ? On tente d’imaginer ses journées et bien sûr c’est impossible. Nul besoin pour cela de sortir les grandes orgues de l’émotion. Il s’agit simplement de considérer cette situation en face. Un ballon de foot, un pavé dans la vitrine de l’hôpital, un enfant solitaire dans une chambre ayant assisté à l’égorgement de ses parents. Et ne parlons pas des dîneurs paisibles de l’Orlando, qui ne s’attendaient pas à finir la soirée dans le sang. On démarre dans la vie à moins. Non pas « Mai 68 », mais « Juin 2016 ».

Pendant ce temps, la Seine remonte, la pluie ayant refusé de signer l’accord. Hier, j’ai vu passer sur les eaux marronnasses ma brosse à dent personnelle, en route vers l’Atlantique. Dans dix jours, ma brosse à dent fera son entrée dans la rade de New York. Quel voyage depuis le pont Louis-Philippe ! Je sens que mon voisin léniniste du Select en est presque jaloux. Un défilé cégétiste sur la Cinquième Avenue (juste au coin de la Trump Tower) serait pourtant du meilleur effet. Au moins nous pourrions montrer à la planète comment nous savons finir une grève.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert
Avec sa reliure façon « club français du livre », le dernier ouvrage de Michel Houellebecq semble une édition de luxe d’un grand roman d’Henri Troyat, du temps où les romans étaient conçus comme des armoires normandes, pour durer très longtemps. Qu’en sera-t-il de ce monstre narratif où l’auteur des Particules a voulu braquer sa lanterne ?

Présidentielle sans fin Présidentielle sans fin
Ce que l’on vit, maintenant, c’est l’après deuil des « grandes idéologies ». L’URSS est morte il y a trente ans et nombreux, alors, furent ceux qui pensaient à l’avènement d’un règne de l’après, confondu par certains avec la « fin » de l’histoire. Et puis l’on s’est rendu compte que cette « fin de l’histoire » contenait en elle-même quantité de virus clandestins, impossibles à détecter, qui n’obéissaient à aucune logique déjà expérimentée. On disait : « fin des grandes idéologies » alors même que c’était la notion de « fin » qui n’avait plus aucun sens.

Soir d’hiver Soir d’hiver
La fin de l’année s’approche, dans un climat de drôle de guerre. On croyait pouvoir se donne la fraîcheur intime d’un prochain Noël et voilà qu’il faut à nouveau astiquer les seringues. C’est le moment de ressortir un vieux NRF, cru 1977 entretenu au fil des mois, des ans, par celui qui en fut le promeneur mystérieux, Marcel Arland, plus que n’importe quel autre.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.