David Bowie Peter Pan de la pop et de bien d’autres choses encore

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/01/2016

On ne peut qu’admirer le doigté avec lequel la Providence organise les disparitions récentes, toutes emblématiques du rayon musical : Michel Delpech, puis Pierre Boulez, puis aujourd’hui David Bowie. Du grand art, vraiment. Ne nous amusons surtout pas à deviner la suite du menu, on ne joue pas avec ces choses-là. Évitons aussi, dans mesure du possible : la puissance planétaire de la musique, comparée à tout le reste. Dans le cas de Bowie, l’événement a concerné jusqu’aux Martiens qui écoutent beaucoup ses disques, dans le silence des constellations. Ce qui est intéressant, dans le cas de Bowie, c’est finalement la difficulté d’identification. Rock ? Pop ? Surrealistic pop ? Transpyschédélique ? Quoi d’autre ? Mettez Keith Richards à côté de Bowie : vous avez la réponse. D’un côté les racines du blues ; de l’autre, on ne saurait dire. Bowie tenait de Peter Pan, d’une imagerie dandy terriblement british mais sans référence explicite. L’homme a tant joué avec les codes identificatoires qu’on eût aimé (et lui-même sûrement) apparaître soudain comme un jeune cadre légèrement supérieur. L’un de ces husbands qu’on voit dans les anciennes publicités, regarder la télévision en famille. Bowie ne s’est jamais véritablement reconnu dans la sphère rock stricto sensu, la sphère qu’occupent désormais les deux derniers géants absolus que sont Mick Jagger et Paul McCartney. Bowie n’était pas de cette mythologie. On n’imagine pas ce précieux soulever tout un stade de 200 000 personnes à lui tout seul. La préciosité ambigüe, le jeu avec la référence sexuelle illocalisable ne pouvaient vraiment se déployer que dans une sphère plus restreinte, plus délicate et en même temps plus sauvage (on a d’ailleurs fait observer qu’il ne vendait pas tant que ça des disques). Ah, c’est compliqué. Car Bowie était bien un personnage planétaire. L’annonce de sa mort a sonné les fans au Japon, un peu partout around the world. Au fond, Bowie avait quelque chose de terriblement pop mais ayant lui-même mis la main à la confection d’un personnage hors catégorie. On appelle cela en général, tout simplement, un artiste. Il a créé son personnage, lui donnant même une espèce de version littéraire, disons plutôt esthétique comme on ne le dirait pas des rocks stars. Personne ne penserait à parler d’une esthétique Rolling Stones même s’il y a un « look » Stones. Mais ce n’est pas la même chose. Bowie n’est pas dans le « look » ; il est un démiurge qui a traversé quarante ans de rock, de swinging London et bien d’autres choses encore.  Sur Mars, l’émotion est à son comble.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.