Damas-Reykjavik

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 03/09/2015

Quelqu'un a fait observer récemment, devant l'afflux spectaculaire de réfugiés vers l'Europe, que l'on n'avait pas vu de telles choses depuis la Seconde guerre mondiale. Ce commentaire parle de lui-même. Angela Merkel ne s'y est pas trompée, déclarant avant l'été que ce qui se passait là allait rendre la crise grecque à des dimensions boutiquières. La chancelière ajoutait qu'en cas d'échec, l'Europe verrait la fin du lien fondateur des droits universels. Dans la bouche de Madame Merkel, ces mots ont du poids, ils ont du sens. On peut déjà considérer qu'ils prennent la mesure d'un problème qui renvoie notre actualité politicienne au dernier rang de la guignolade. Il y a encore peu, sur les plages, on pouvait voir M. Sarkozy en bermuda à la une de Paris Match, déambuler en compagnie de son épouse. On en a vu d'autres bien sûr, et le bermuda de monsieur Sarkozy n'a pas de quoi mobiliser l'ONU en séance spéciale. Ce qui est frappant, surtout, c'est maintenant l'impression d'une insignifiance générale pour ce qui touche au débat politique. Rares sont désormais les discussions de bistro qui s'interrogent à satiété sur l'avenir du président de la République et les chances de ses rivaux. Tout cela semble comme frappé de nullité, de néant. Ce matin, on signalait l'échouage sur une quelconque côte turque d'un bébé syrien. Le camion abandonné sur une route bulgare, rempli de cadavres, aura laissé aussi à tous ceux à qui l'avenir de l'Europe importe le sentiment que l'on passait pour le coup une frontière. À Paris, on se moque gentiment de tout cela, l'été n'est pas clos, la fashion week s'annonce prometteuse. Qui s'intéressera jamais à ces destins anonymes retrouvés au fond d'un camion ? Il n'y aura jamais de mémorial pour ces hommes, ces femmes, ces enfants morts à fond de cale. Les Islandais ont fait savoir qu'ils étaient prêts à accueillir 10 000 réfugiés syriens. L'écrivain local Bryndis Björgvinsdottir a annoncé qu'il était prêt pour sa part à en loger cinq dans sa propre maison. En Allemagne, le Bild Zeitung, réputé populiste, a lui aussi annoncé en une sa volonté de porter secours. Cela tranche sur le prétendu politiquement incorrect de ces derniers temps, plaidant pour la « France », comme au temps des mérovingiens. En gare de Budapest hier, demain pourquoi pas en gare de Lyon, les réfugiés portent malgré eux le témoignage d'une Europe qui n'a jamais eu d'autre sens qu'ouverte, soucieuse d'autrui. Ceux qui se complaisent à la nostalgie d'un temps révolu, incapables d'être à la hauteur de leur propre culture, devraient trouver, face à un drame historiquement inédit, bien des motifs à méditation. C'est ce qu'on leur souhaite.

Michel Crépu

 

Commentaires

Laurent | 10 septembre 2015
Petite précision : « L'écrivain local Bryndis Björgvinsdottir » est une écrivaine, comme l'indique le suffixe "dottir" (fille de en islandais).

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Léonard, seul
Une exposition Leonard de Vinci se tient au Louvre, elle va durer deux mois. C’est l’expo monstre de la fin de l’année. Ceux qui voudront voir La Joconde en vrai devront prendre leur ticket, comme pour le reste, d’ailleurs. L’historien Alphonse Dupront voyait dans les cortèges de visiteurs d’expositions un équivalent des pèlerinages médiévaux. Au XIIe siècle, on traversait l’Europe pour toucher le tibia de saint Gontran. Aujourd’hui, rien n’a changé, sinon le tibia.

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.