Critique or not critique

Critique or not critique
Le blog de Michel Crépu | Publié le : 04/04/2019

M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable. Insatiable et bien le signe qu’il ne cherchait pas à édifier une cathédrale, ni même un institut à la mode genevoise du regretté Starobinski. M. Kechichian a bien raison de monter au créneau pour défendre le critique alors même que chaque semaine présente des signaux inquiétants d’ailleurs indéchiffrables, de réseau social en réseau social, où le sort d’un roman ne dépend plus que de l’humeur torve d’un mauvais coucheur qui ne sait pas comment tuer sa journée. Mais ne pleurons pas le temps où Angelo Rinaldi apportait sa chronique à l’Express comme un marmiton porte à bout de bras le civet de lièvre juste chassé de la veille. Il est trop tard pour ramener à la poupe l’un de ces marins de tempête qui n’hésitait pas à braver les préjugés, comme l’était Rinaldi.

Le hasard des circonstances, alors même que nous restions à méditer le triple non de M. Kechichian, nous a remis entre les mains l’essai de Raymond Picard de 1964 publié chez Pauvert : Nouvelle critique ou nouvelle imposture. Pamphlet brûlant envoyé au jeune Roland Barthes de la même époque. Il venait de publier son Racine qu’on s’arrachait, buvant avec délices à cette prose barthienne toute piquetée de majuscules analytiques. Le pamphlet de Picard est fort amusant à lire tant l’auteur n’a pas de difficulté (il est lui-même un racinien de haut volée) à mettre en évidence les bourdes moliéresques du futur auteur des Fragments du discours amoureux. On s’en amuse d’autant plus qu’à la même époque nous faisions partie des « fans » – on fête aujourd’hui le cinquantième anniversaire de Woodstock –, prêts à fusiller sur le champ tout contrevenant à la mode érigée en bannière. Picard est impitoyable et en même temps, il « passe à côté » de ce qui était en train de se configurer, à travers un mélange inextricable de pharmacopées philosophiques et d’intuitions poétiques que Barthes lui-même mit beaucoup de temps à avaler.

Son dernier livre, La chambre claire, donnait raison, rétrospectivement à Picard, pour la simplicité, le congé donné aux pseudo concepts. Il ne s’était pas non plus trahi, à chercher comment mettre ensemble, dans une même phrase, Lacan et Port Royal. Il y avait dans cette cuisine, à boire et à manger. Les intoxications alimentaires ne firent pas les ravages que l’on redoutait. Quant au « critique » défendu par l’honorable M. Kechichian, il a continué à emballer des salades dans un papier qui avait servi à imprimer les dernières strophe d’Iphigénie...

 

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Julien Green, un petit rire derrière la porte Julien Green, un petit rire derrière la porte
Une vie de lecteur se compose de rencontres qui finissent par trouver leur place dans le long cortège des livres lus, retenus, aimés. Une certaine hiérarchie y impose ses choix, avec le temps. Il y a ceux du premier rang, et il y a ceux du second. Un troisième rang est même prévu, on peut y déjeuner pour pas cher, parfois mieux que dans certains endroits plus réputés. Il faut toujours vérifier par soi-même. Le Journal de Julien Green était du premier rang.

Un jour de pluie à Paris
Personne n’a oublié l’inoubliable Anthony Perkins du Psychose d’Alfred Hitchcock, mais qui n’a pas oublié les romances de l’acteur, au temps bienheureux des premières sixties, lorsqu’il chantait L’automne à Paris ? Il n’est guère que notre merveilleux Woody Allen pour lever la main, à l’énoncé du nom de Perkins chanteur. Un jour de pluie à New York, titre de son dernier film nous ramène à cette musique si charmante et profonde qu’on entend aussi bien au coin de certaine page du roman tout récent de Patrick Modiano, Encre sympathique.

Patrick Modiano, un skieur glisse sur la neige
Il n’y a pas de moment plus magique, dans un roman de Modiano : c’est quand le narrateur, épuisé d’avoir en vain tant questionné les autres qui pourraient l’aider sur sa trajectoire, s’entend dire : « lui-même », dans la bouche de cette personne qu’il cherchait justement depuis des jours. Ici, dans ce dernier roman, M. Molllichi pourrait donner à son interlocuteur une bribe de clé, un bout de téléphone, un simple souvenir qui concerne Noëlle Lefebvre. C’est elle qui est au centre de l’enquête, et qu’on aimerait tant la voir pousser tout à coup la porte du bistro…

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.