Céline Minart, la fille qui ne faisait pas comme les autres

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 08/09/2016

La rentrée littéraire franchit son premier cap avec la publication des sélections : Goncourt, Renaudot, Wepler. Et bientôt les autres, Médicis, Femina, Décembre. C’est une année sans « locomotive », c'est-à-dire sans un Houellebecq ou un Littell pour déclencher l’entrée en librairie. Du coup, nous confie un libraire faisant les cent pas devant sa vitrine, « c’est plus mou ». Il faut faire sans locomotive. Ou alors en inventer une fausse, monter un bobard qui fasse du bruit. C’est une question posée aussi à la critique, régulièrement accusée d’endormir et d’ennuyer. Tout cela ne va pas sans les contradictions habituelles : par exemple, la critique snobe Karine Tuil qui a les faveurs du public. Qu’est-ce que ledit public attend de la critique ? De la vérité, de l’enthousiasme, de l’envie de se jeter dans le livre dont on vient de parler, toutes affaires cessantes. Il est possible aussi que le public n’attende plus rien du tout de la critique. Trop de mensonges, trop de biais inavoués, trop de trahisons intimes qui assèchent, stérilisent. Le goût battu en brèche par l’idéologie. La misère de l’ennui au lieu du plaisir.

Répondons d’abord qu’il n’y a pas « les livres ». Il y a seulement ce livre-ci, ou ce livre-là. Voyons par exemple, chez Rivages, l’étonnant roman de Céline Minart, Le grand jeu, oublié des listes pour le moment. Que l’on veuille bien se figurer une narratrice juchée à la verticale d’une paroi de montagne, genre Anapurna en hiver, sans grand-chose à se mettre sous la dent. Qu’est-ce qu’un être humain « donne » dans ces conditions ? Curieusement, on a l’impression de retrouver les huis clos de Beckett, quand un quelconque Malone s’échine, sur trois mètres carrés, à déplacer un obscur objet. On sent que Céline Minart ne tient pas les mondanités dans une haute estime, ce qui est son droit. Mais l’important n’est pas là. Il est dans ce récit d’une construction de langage où la narratrice, en nous contant ses difficultés de gamelle et de piton, raconte en même temps la naissance d’un livre. Ce manuel de survie est aussi un acte de naissance littéraire. On peut trouver cela trop dur, et réclamer plus de distraction. La distraction, en littérature, n’est pas un péché. On a écrit des chefs-d’œuvres dans le seul but de se distraire. La moitié, au moins, de Mozart, est faite pour distraire. Cela peut faire réfléchir. On ne sait pas encore si Céline Minart va devenir un Mozart du Vieux Campeur, mais on peut être sûr de ce qu’elle veut et surtout de ce qu’elle ne veut pas. L’âpre rudesse plutôt que l’échouage de soi dans le doux canapé des facilités. L’herbe amère et sauvage plutôt que le chamallow. Il n’y a pas grand monde sur ce créneau, à 4 000 mètres d’altitude. C’est là que Céline Minart a installé son campement. La vue est superbe.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert Houellebecq, son nom de Beaugency dans Paris désert
Avec sa reliure façon « club français du livre », le dernier ouvrage de Michel Houellebecq semble une édition de luxe d’un grand roman d’Henri Troyat, du temps où les romans étaient conçus comme des armoires normandes, pour durer très longtemps. Qu’en sera-t-il de ce monstre narratif où l’auteur des Particules a voulu braquer sa lanterne ?

Présidentielle sans fin Présidentielle sans fin
Ce que l’on vit, maintenant, c’est l’après deuil des « grandes idéologies ». L’URSS est morte il y a trente ans et nombreux, alors, furent ceux qui pensaient à l’avènement d’un règne de l’après, confondu par certains avec la « fin » de l’histoire. Et puis l’on s’est rendu compte que cette « fin de l’histoire » contenait en elle-même quantité de virus clandestins, impossibles à détecter, qui n’obéissaient à aucune logique déjà expérimentée. On disait : « fin des grandes idéologies » alors même que c’était la notion de « fin » qui n’avait plus aucun sens.

Soir d’hiver Soir d’hiver
La fin de l’année s’approche, dans un climat de drôle de guerre. On croyait pouvoir se donne la fraîcheur intime d’un prochain Noël et voilà qu’il faut à nouveau astiquer les seringues. C’est le moment de ressortir un vieux NRF, cru 1977 entretenu au fil des mois, des ans, par celui qui en fut le promeneur mystérieux, Marcel Arland, plus que n’importe quel autre.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.