Juillet 2018

1 2
  • Lanzmann, le justicier
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 06/07/2018

    Il y a les justes et il y a le justicier. Claude Lanzmann (1925-2018) était le justicier. Le vengeur qui consomme sa mission jusqu’à la dernière goutte. Pas de négociation à l’amiable, pas d’arrangement possible. Tout dans l’implacable et minutieux récit du vrai. Le comment ça s’est passé dans cette partie d’Europe, la plus raffinée qui soit et qui a vu l’impensable mener son affaire jusqu’à ce que les choses tournent en faveur du monde libre. Lanzmann s’était juré de vider la chose jusqu’au dernier atome. Et il y est arrivé.

    > Lire la suite

  • Le foot est-il populiste ?
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 05/07/2018

    Certains beaux esprits le laissent entendre, non sans cette nuance de hauteur dont on se demande à quelle autorité ils la doivent. On se souvient que Philippe Bouvard, aux débuts de Johnny à l’Olympia, deux cents sièges brisés, posait la question de la ressemblance avec un meeting nazi. La suite aura permis de juger si feu Johnny avait de la graine totalitaire dans les cordes vocales. Les turbulences de fin de partie, jusqu’aux plus virulentes, n’ont rien de commun avec les défilés de chemise brune. Et d’ailleurs, quand on mouille le maillot, les couleurs se dissipent.

    > Lire la suite

  • Les notes de lecture de la NRF de juillet en accès libre
    Actualité | Publié le : 05/07/2018

    Au menu du numéro de juillet : Francis Tabouret, Frédéric Jacques Temple, Emmanuelle Lambert, Jean-Michel Rey, Nathalie Quintane, Gregor Hens et André Blanchard, à découvrir ici !

    > Lire la suite

1 2
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

DEUX ETOILES DANS LA NUIT
Gardons nous de chercher à lire une signification à l’annonce des deux disparitions de Michael Lonsdale et Juliette Greco. Ce qui passe quand même dans l’air, c’est un sentiment d’essence d’époque. Deux blocs qui se détachent soudain, et emportent avec eux le souvenir d’années merveilleusement excitantes. La coincidence des disparitions ne veut rien dire et cependant elle parle. C’est comme ça.

Digital worker
Proust faisait son courrier comme on dirige une usine. Un jour, on se rendra compte que sa correspondance était comme un formidable gisement de langage faisant partie des grandes vallées romanesques. L’Himalaya de la correspondance proustienne n’est pas une région parallèle mais le développement d’un même besoin hallucinant d’écrire ce qu’il appelle lui-même le « livre intérieur ». Qu’est-ce que le livre intérieur ? Disons simplement un endroit où les événements du langage trouvent naturellement leur place.

Don Quichotte on the road
Les années passent, la planète renouvelle son stock d’imagination, ce qui semblait hors de propos occupe soudain le premier plan. Il y a des experts pour cela, des gens qui savent décrire les changements, on les appelle les « écrivains ». On en croise encore, de loin en loin, on les reconnaît à une certaine démarche. Salman Rushdie en fait partie. Regardez-le bien, vous n’êtes pas près d’en revoir un exemplaire de sitôt. Se souvient-on encore de l’affaire des Versets sataniques qui lui avaient valu d’écoper d’une « fatwa » pour crime d’humour et d’insolence ?

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.