DEUX ETOILES DANS LA NUIT

| Publié le : 25/09/2020

Gardons nous de chercher à lire une signification à l’annonce des deux disparitions de Michael Lonsdale et Juliette Greco. Ce qui passe quand même dans l’air, c’est un sentiment d’essence d’époque. Deux blocs qui se détachent soudain, et emportent avec eux le souvenir d’années merveilleusement excitantes. La coincidence des disparitions ne veut rien dire et cependant elle parle. C’est comme ça.
Michael Lonsdale, sa voix de cuir moelleux, ses regards de faux timides, sa maîtrise incroyable du registre « toned down », strictement l’envers de l’exaspérant Luchini. Une sorte de courtoisie décalée, insaisissable, qui lui permettait de faire entendre une certaine musique dont il possédait seul l’archet. Le consul de Duras, les jarres de Beckett, le moine énigmatique du Nom de la rose et combien d’autres. Lonsdale était « hors type », il pouvait donc être partout : il donnait l’impression de laisser couler le langage sans intention particulière. Jamais de cibles ou de motifs : toujours dans un vague coupant comme le rasoir.
Souvenir d’un après midi passé chez lui, place des Invalides, dans son appartement de famille . Peu de gens  savent qu’il était le filleul de Marcel Arland. Il possédait quantité de dessins et d’aquarelles de la femme d’Arland. Son catholicisme était à l’image du personnage qu’il était et qu’il faisait semblant de ne pas connaître. Il ne s’en cachait ni ne le portait en bandoulière. Comment faisait-il avec tout ça ? Mystère.  
Juliette Greco, comparée génialement par Mauriac à un « beau poisson maigre et noir » a quitté la scène après un quasi siècle d’amour de la beauté, de la liberté. C’est le temps des petits déjeuners au Flore avec Sartre et Beauvoir, Merleau-Ponty, Miles Davis dont elle sera cinq ans la compagne, Duke Ellington, la liste est interminable et laisse pantois devant l’absence de renfermé. On dirait que tout peut changer à chaque instant d’une vie où seules ont compté les « rencontres ». Vivre, c’est rencontrer. On peut dire « La Greco » comme on dit La Callas : une certaine souveraineté de reine de la nuit.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

À la place
Raymond Aron avait eu cette réplique à l’un de ses étudiants qui le pressait d’interpeller un haut membre de l’establishment politique : « demandez vous ce que vous feriez à sa place. » Aron a eu d’autres phrases plus étincelantes que celle-ci, qui sert beaucoup en fin de banquet agité. Mais justement : par sa platitude, son bon sens, son absence de phrase étincelante, elle nous paraît indispensable dans l’actuel chaos montant.

LA SOIF DU MAL
À Conflans Sainte-Honorine, le président a dit : « ils ne passeront pas », selon cette formule qu’on répétait contre les « fachos » dans les rues de Mai 68, trente ans après la guerre d’Espagne. Il n’y a rien à redire à cette formule lyrique, notoirement impuissante, mais qu’est-ce qui est puissant en ce moment ? Quelles peuvent être les puissantes paroles ? On apprend qu’un lycéen de 14 ans a reçu de l’argent pour renseigner le tueur, lui-même un adolescent de 18 ans. Dix-huit ans, pour décapiter son prochain, cela fait court, même dans un roman de Dostoïevski...

LES NOUVELLES AVENTURES DE L’ADJUDANT CASTEX
Hier soir à la télévision, Emmanuel Macron avait un peu l’air d’un aumônier sermonnant sa troupe de louveteaux indisciplinés. Physiquement, l’actuel président a changé. Plus trace sur son visage, de cet angelot mirifique qui nous avait fait penser à une version post moderne de Bonaparte. On pense si le vrai Bonaparte eût écouté la plainte des comédiens privés de théâtre ! Le président Macron que nous avons vu hier soir avait tout de l’homme qui déguste.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.