Mars 2018

1 2
  • Drôles de journées
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 30/03/2018

    La cour des Invalides ne désemplit pas, à guichets fermés. Après Jean d’Ormesson, Arnaud Beltrame, qui a donné devant tout le monde un exemple bouleversant de courage et d’héroïsme. Les mots manquent naturellement pour dire le vrai de cette histoire qui convoque sans cesse le récit français. Du reste, Jean d’Ormesson n’était pas un héros au sens où l’est le colonel Beltrame, mais ils appartiennent tous les deux à ce grand récit dont on serait bien en peine de connaître l’auteur.

    > Lire la suite

  • Où en sommes-nous avec Debussy ?
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 22/03/2018

    Debussy est mort il y a cent ans. On peut dire que son œuvre est un des piliers de l’art musical du XXe siècle, de l’art et de la littérature tout court. Où en sommes-nous avec lui ? On peut juger cette question surannée, exotique. Le suranné et l’exotique ont un effet sourdement mortifère qui a d’ailleurs son charme insidieux. Mais le cas Debussy nous emmène plus loin : c’est le propre des grandes œuvres que de surmonter leurs effets mythologiques mortifères. La mer, le Prélude à l’après-midi d’un faune sont des mythes au charme profond...

    > Lire la suite

  • Lire, c’est imaginer
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/03/2018

    Hier encore, l’ouverture du salon du livre était un événement quasiment de même nature que le départ du Tour de France. On se rendait à la soirée d’inauguration en queue de pie, son carton à la main, en membre prestigieux du milieu de l’édition. Car si le milieu littéraire a disparu, le milieu de l’édition, lui, reste debout. Mais pour la première fois cette année, nulle annonce télévisuelle ni radiophonique. Ce matin sur les ondes, on parle de la huitième année de guerre en Syrie et les retraités sont dans la rue.

    > Lire la suite

  • Emil Cioran. Lettres inédites
    Actualité | Publié le : 09/03/2018

    On lira ici même un choix de six lettres adressées par Emil Cioran à son ami d’études Petre Tutea à l'époque de son départ de Roumanie pour Paris. Ces six lettres proviennent d’un ensemble de documents retrouvés dans les archives de la Securitate, l’ancienne police politique du régime communiste. On y retrouve le Cioran qu’on aime, l’écrivain qui a fait le voyage spirituel vers Paris, cette « France » des moralistes et d’un Voltaire acéré qu’il aime tant.

    > Lire la suite

  • Les notes de lecture de la NRF de mars en accès libre
    Actualité | Publié le : 08/03/2018

    Au menu du numéro de mars : Hedwige Jeanmart, John Herdman, Marilynne Robinson, Antoine Billot, Israël Joshua Singer et Melvil Poupaud, à découvrir ici !

    > Lire la suite

1 2
 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Prélude à l’après-midi de quelques faunes
Il n’est jamais très bon pour la santé de rester quinze jours sans parler un peu de Marcel Proust. Le plus mal portant de nous tous finit quand même par être le pourvoyeur d’énergie number one. C’est un point commun aux géants de l’art et de la littérature de se déplacer dans le monde comme des vieux oiseaux au bord de la dislocation mais qui ne se disloquent jamais. Avec Proust, c’est constamment. On se dit qu’il ne va pas tenir et puis il tient. Voyez-le en pleine nuit, se faisant conduire au Ritz pour y déguster un sorbet, à quelques semaines de sa mort...

CHRISTIAN GIUDICELLI, TARD DANS LA NUIT
Paris est la dernière ville d’écrivains ne pensant qu’à ça. Écrire, découvrir, rencontrer, prolonger le rendez-vous, le conserver dans un petit carnet à cet effet, garder des lambeaux de phrases comme on met de côté de vieux branchages en prévision de l’hiver. Christian Giudicelli nous en apporte une preuve supplémentaire par le plus délicat des détours qu’offrent à sa plume les multiples visages rencontrés au long de son existence en cours d’étape. Paris veut dire ici, pour ce fils de petits fonctionnaires nîmois, une métaphore de la joie de vivre.

6 juin 44
Quelle scène surréaliste que cette tribune présidentielle, sur le rivage d’Omaha Beach, pour l’anniversaire du débarquement ! Il reste encore plus de trois cent vétérans, à pouvoir parler en direct de cette date sans pareille du 6 juin 44. La mer est toujours là, elle fait le même ressac dans sa splendide indifférence. C’était il y a un instant, cela sera de même dans mille ans. L’Histoire s’écrit dans cette rumeur de vanité stratosphérique qui n’empêche nullement de s’intéresser aux détails de l’opération.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.