Le blog de Michel Crépu Juillet 2017

  • Fin de journée sur Sunset Boulevard
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 26/07/2017

    Une lamelle d’or, attachée à la main d’un squelette, on peut la voir dans un musée napolitain, ce n’est pas difficile. Les musées sont faits pour cela, surtout les musées napolitains, si à l’aise avec la fuite des jours, la vie des morts, celle des « âmes », bref, ce qu’on appelle l’éternité et qui n’est qu’un arrangement avec la terre, le doux zéphyr des origines perdues. L’éternité, ou plutôt : la vie éternelle. Il semble bien que Simon Liberati nous en dise un mot dans ce livre, Les rameaux noirs (Stock, août 2017), le plus beau de la saison.

    > Lire la suite

  • Bienheureux comme Blaise Pascal
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 20/07/2017

    Voilà la nouvelle la plus importante de l’été. Le pape François, jésuite, a élevé le janséniste Blaise Pascal au rang de « bienheureux ». « Bienheureux » est le dernier barreau avant le grade ultime de « saint ». Il faudra la bagatelle de deux ou trois siècles pour finir le travail. Mais que l’auteur des Provinciales devienne soluble sous les ors baroques du baldaquin de saint Pierre bouleverse comme la découverte d’une planète qu’on ne soupçonnait pas.

    > Lire la suite

  • L'affaire Grégory : un peu de Satan dans l’eau froide
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 12/07/2017

    Le « petit juge » Lambert a mis sa tête dans un sac plastique et il a quitté ce monde. Nous aurions oublié jusqu’à son nom si les progrès technologiques n’avaient pas rattrapé le « petit juge » par la manche. C’était l’époque où Marguerite Duras trouvait que Christine Villemin avait une allure de criminelle à la Euripide.

    > Lire la suite

  • Un verre au Jupiter Bar
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 06/07/2017

    La collection TERRIFIC-FANTASY vous présente son nouveau poster : Prince Makron et les spectres . Exposée d’abord sous les ors de Versailles, elle sera offerte au bon peuple dans toutes les mairies. C’est un événement dans l’histoire des gloires de la France. Comme un maharadjah avait inventé la lampe perpétuelle à seule fin d’éviter à ses serviteurs de se relever la nuit pour la rallumer, l’eunuque du Prince se tiendra en permanence près de la flamme. À tout moment, tel un dijinn, il pourra jaillir en acceléré. Car le peuple ne souffre point d’attendre. Même quand il dort, il fait semblant.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Billeter, Langlois, douceurs extrêmes
Nous alertions le pays, la semaine dernière, à grandes pompes. Le troisième régiment de chasseurs alpins était mobilisé sur Facebook et dans les casernes, on frottait dur le cuir des brodequins. C’était à propos de Jean-François Billeter pour son récit Une rencontre à Pékin (Allia) et de Christophe Langlois, auteur de Dieu en automne (Cerf). Or il s’avère que les Éditions Allia ont publié en même temps, un autre « petit » livre de Billeter, intitulé Une autre Aurélia.

Ivanhoé à Pekin
Comme écrivent si souvent les frères Goncourt dans leur Journal : « Nous sortons de déjeuner avec Baudelaire au Procope et nous tombons sur Jean-Pierre Dandrelin. Il est curieusement coiffé d’une chapka et revêtu d’un manteau en poil de dromadaire. Comme nous nous étonnons de cet accoutrement, Dandrelin explique que le « super-market » où il va faire ses courses est désormais réglé en température de frigidaire dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. On n’avait pas eu si froid depuis la mission Charcot en Terre-Adélie, antarctique sud, 1933.

Combien de temps doit durer un discours
L’étincelant angelot Macron a prononcé un discours à la Sorbonne devant les étudiants. Cela a duré presque deux heures. Il fallait bien deux heures pour faire le tour de la question franco-allemande, autant dire de la question Europe. Les vingt-six autres pays membres satellites sauront se contenter des miettes laissées sous la table des agapes. Emmanuel Macron est un homme qui n’a pas craint de faire applaudir le drapeau européen pendant la campagne électorale : cela constituait un acte héroïque de même ampleur que le passage du pont d’Arcole par le jeune Bonaparte.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres