Le blog de Michel Crépu Décembre 2016

  • L’image du flocon qui descend en parachute
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 22/12/2016

    C’est Noël, les gros flocons descendent en silence sur les sapins. De son balcon des Vosges où il possède une fermette, l’écrivain Jean-Pierre Dandrelin, l’auteur fameux de Je t’ai vu dans l’escalier, considère ce spectacle avec des yeux d’enfants. Il se sent d’humeur à écrire un beau poème. Les flocons silencieux sont une image qui le tente, mais elle est déjà prise par Homère en personne. Oui, Homère compare en effet les paroles d’Ulysse à des flocons silencieux. Donc respect.

    > Lire la suite

  • Un petit air champêtre
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/12/2016

    Déjà, du temps des romains, les pastoureaux abonnés à la NRF lisaient les Bucoliques dans l’exquise traduction de Paul Valéry. Allongés dans l’herbe, ils tournaient les pages de l’édition bilingue « Folio classiques » : « tu patulae recubans sub tegmine fagi /Silvestrem tenui musam meditaris avena… », « Tandis qu’à l’aise sous le hêtre, tu cherches sur ta flûte un petit air champêtre … »

    > Lire la suite

  • Bernard Cazeneuve, prix Goncourt du nœud de cravate
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 08/12/2016

    Hors de ma vue, misérable créature, qui n’avez pas encore ouvert le 4e tome du Journal de H. D. Thoreau ! Thoreau, bon sang ! Ses godasses ! Sa barbe de Moïse dans sa cabane de Walden au bord de l’eau ! Sa volonté inflexible de s’en tenir à ses seules forces ! Au canif, et encore. Au-delà des limites du corps : mensonge. Ce que tu ne peux obtenir du travail de tes propres mains, ignore-le ! Ce tome 4 (1846-1850) entièrement traduit, annoté par Thierry Gillyboeuf (Éditions Finitude), ressemble à un livre de comptes tenu par un pasteur qui pèse les péchés par kilos de pommes de terre.

    > Lire la suite

  • Vive la révolution !
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 01/12/2016

    Tout le monde veut être révolutionnaire. Tout le monde veut « casser la baraque. » Il n’y a pas un candidat à la présidentielle qui ne jure ses grands dieux qu’il tient absolument à être révolutionnaire et tout briser autour de lui. D’ailleurs, ils viennent tous d’écrire un livre où fulgure à chaque page le mot « révolution » dans une apocalypse de guerre au fonctionnaire. On dirait que ces petits notables regrettent d’avoir raté le train castriste qui vient d’échouer en gare de La Havane après soixante ans de mensonge au compteur.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Dignité de la tomate
La pensée humaine est en constante évolution. Il n’y a pas un jour à Notre-Dame-des-Landes qui ne témoigne de ce prodige. Tel jardinier annonce que ses tomates sont du XXIIIe siècle, tel autre assure que son cheptel de moutons va révolutionner l’espèce par la création d’un nouveau lainage, tel autre encore jure que l’on va sortir du cercle infernal des bas intérêts de la société des hommes. On voit bien ici que Rousseau demeure le patron incontesté de cette utopie, comme il l’était naguère, sur le plateau du Larzac. Et pourquoi non ?

Nos amis les arbres
Sans conteste, la seule vraie grande vedette de ce printemps est l’arbre. Les publications s’accumulent sur le pauvre comme elles s’accumulaient hier sur le colibri ou les marchands de chapeaux. Il n’y a rien d’émouvant comme d’apprendre qu’un brave promeneur est mort assommé par une branche de chêne qui ne tenait plus. Albert Camus lui-même, qui en connaissait un rayon quant à l’absurde, recule devant ce comble d’injustice. Un arbre faire du mal au prochain !

Philippe Lançon. Un Robinson des Invalides
Ce qui frappe le plus, à la lecture de ce livre hors du commun , c’est son calme. Philippe Lançon, journaliste, critique littéraire à Libération et Charlie Hebdo aurait pu allonger son nom à la liste des assassinés du 7 janvier 2015 par les frères Kouachi : Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Maris. Or s’il est vrai que les morts ne parlent pas, il arrive aussi aux survivants de savoir se taire en écrivant. C’est le cas de ce livre : 500 pages qui pourraient bien résonner aux oreilles de cet ami de Chateaubriand comme une manière bien personnelle d’Outre-Tombe.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres