Novembre 2016

  • Le coup du père François
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 24/11/2016

    François Fillon, le nouvel adoubé, confesse un penchant au catholicisme. Toutefois, ce n’est pas Dieu qu’il a remercié au soir de sa première victoire, mais le pilote de course Jacky Yckx, qui remporta six fois les 24 heures du Mans. On sait que M. Fillon taquine le bolide comme d’autres le goujon en rivière. Ce ne sont pas là les références habituelles d’un paroissien fidèle à la vesprée. Ses convictions spirituelles ressemblent aux membres d’un club anglais où la règle veut que l’on n’étale pas.

    > Lire la suite

  • Macron, le nouveau JJSS
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 17/11/2016

    La NRF, qui ne se trompe jamais dans ses diagnostics littéraro-politiques, affirme que Emmanuel Macron est l’héritier post-moderne de JJSS. Les enfants qui n’étaient pas nés à l’époque doivent savoir que JJSS veut dire Jean-Jacques Servan-Schreiber, qui fut également inventeur de journal. L’Express était fait pour les lecteurs qui ne se voyaient ni dans la peau d’un socialiste, ni dans celle d’un notaire de droite.

    > Lire la suite

  • « L’Amérique m’inquiète »
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 10/11/2016

    À l’instar de la duchesse de Guermantes, dans La recherche, se confiant à voix basse : « la Chine m’inquiète », nous pouvons nous écrier de notre salon du Ritz : « l’Amérique m’inquiète. » C’est bientôt l’hiver. Il pleut sur Paris, il pleut sur nos souvenirs d’il y a huit ans quand Barack bondissait sur la scène, l’élégance même. Tout cela a passé plus vite qu’un délavé d’aquarelle et la duchesse de Guermantes est partie se coucher en attendant le décompte des voix.

    > Lire la suite

  • Le temps d'une saison
    Le blog de Michel Crépu | Publié le : 03/11/2016

    Il fait beau sur la Seine, dix millions de selfies à l’heure devant la grande Pyramide. Si le Louvre pouvait parler – et il lui arrive de s’exprimer –, il raconterait comment Leïla Slimani décroche la couronne du Goncourt en cette saison d’automne littéraire. Voici une jeune franco-marocaine de trente-cinq ans, écrivant un roman, Chanson douce (Gallimard), avec l’adresse redoutable d’une experte en tension lente, implacable.

    > Lire la suite

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

La ville dont le prince est un enfant
La ville : ce serait Paris. Le prince : le président de la république. On pensait à cette pièce de Montherlant l’autre soir, pendant qu’Emmanuel Macron parlait au pays, cherchant une gravité qui le hisse lui-même au-delà de sa juvénilité. Un ton d’enfant grave, les mains posées sur le bureau comme pour prouver qu’il n’a rien fait de mal. Il s’agissait de franchir le fleuve en furie, le fleuve a été franchi, il n’y a pas eu noyade. Mais l’essentiel reste à faire.

Macron, une histoire sans parole Macron, une histoire sans parole
En une poignée de jours, on est passé avec Emmanuel Macron de la fulgurante campagne présidentielle à un sinistre Waterloo dont on ne sait même pas quel sera l’épilogue. Le modèle bonapartien servait pour décrire un talent politique hors-pair, une effraction de plein fouet du vieux milieu des parlementaires plus souvent à la buvette qu’à leur siège. Ce modèle a volé en éclats en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

Jaune
Soudain, en quelques jours, quelque chose change dans l’air. Comme si la phrase rituelle de fin de banquet « ça ne peut plus continuer comme ça » venait enfin à son terme. Non pas la fin du monde, mais certainement la fin d’un certain « mode de fonctionnement », cette expression étant elle-même impropre, trop abstraite, sans rapport avec le monde réel. La notion de réel, avec son côté lui aussi abstrait demeure néanmoins au cœur du débat. Le réel, c’est tout simplement ce dont on ne peut pas douter, comme un mur contre lequel on vient se fracasser.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.