Vacancesbook

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 10/08/2017

Il pleut, ce sont les vacances, et je m’ennuie. Dans les romans d’aventure, ce moment sert en général de détonateur. Mais là, rien. Même mon feuilleton préféré, Les Trumpies, donne des signaux de fatigue incontestable. Les scénaristes planchent dur et c’est difficile. Normal, au bout de onze démissions de conseillers spéciaux à la Maison Blanche, il faut faire preuve d’une grande inventivité pour dénicher une imbécillité supplémentaire à commettre qu’on aurait oublié.

Heureusement, ma bibliothèque magique vole à mon secours. Il est là, le petit livre de 110 pages, qui me tend les bras : Vie de Richard Savage de Samuel Johnson, publié à Paris le 28 janvier 2010 aux éditions du Promeneur. Il y a sept ans ! On dirait un millénaire. Les livres ne se comptent pas en « années », mais en petites fêtes de la mémoire. M’y revoilà, donc, alors que la pluie fait rage dans la rue déserte. J’invente ici le « Vacancesbook » qui vous dépanne au pire moment, sur l’autoroute ou enfermé dans les toilettes pour un week end entier. Il y a toujours une main amie. C’est la main de « Vacancesbook ». (Écrire à la a revue pour plus de renseignements.)

Richard Savage a vécu en plein milieu du Londres dix-huitième, il fait partie de cette innombrable troupe d’irrésistibles branleurs qui traînaient alors du pub en pub ce qu’on ose à peine appeler une ambition littéraire. Quelques vagues projets de pièces de théâtre, des poèmes qu’on croit bons pour la société des amis de Thomas Blackwell, dont la postérité n’a pas survécu à son dernier souffle. Savage passait son temps entre Londres et Bristol, à faire les poches de ses amis qui juraient qu’on ne les reprendraient plus à ce petit jeu où Savage excellait.

Il n’a pas écrit un seul bon livre, il a toujours réussi à convaincre le dernier de ses amis de mettre la main à la bourse pour lui permettre de passer une nuit convenable à l’hôtel, écrire une pièce de théâtre vengeresse sur la nature humaine. Même quand il était emprisonné à Newgate pour dettes non payées, le directeur de la prison l’emmenait promener dans la campagne avant de le ramener dans sa « cellule », une sorte de chambre où il pouvait prendre son petit déjeuner, recevoir des admirateurs. Le directeur et son détenu faisaient un petit tour par les buissons et les taillis, bavardant à loisir des mérites de morceaux poétiques qui n’ont rien pour eux sinon d’être médiocres, une grande vertu. Car c’est déjà beaucoup d’être médiocre, quand on pense aux nuls qui attendent dans l’escalier qu’on les appelle.

C’est ce qu’il y a de merveilleux dans cette « Vie », que son héros n’a rien de particulièrement digne d’être retenu. Johnson était comme çà, la bonhommie d’un demi solde des belles lettres lui paraissait un argument suffisant pour écrire un livre. Sa Vie de Savage (1744) fut d’ailleurs son premier. Il écrivit ensuite de nombreuses autres vies qui ont été , pour une grande partie, recueillies dans un beau volume paru aux éditions du Sandre. Savage a quitté ce monde sans bruit, enterré au pied d’un arbre quelque part au large de Londres, en laissant des dettes, le souvenir d’un sacré numéro. Johnson écrit : « Il faut du moins lui reconnaître qu’il conserva toujours un vif sentiment de la dignité de la beauté, et de la nécessité de la vertu et qu’il ne contribua jamais par un acte délibéré à semer la corruption dans le public. »  Vive Savage !

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Billeter, Langlois, douceurs extrêmes
Nous alertions le pays, la semaine dernière, à grandes pompes. Le troisième régiment de chasseurs alpins était mobilisé sur Facebook et dans les casernes, on frottait dur le cuir des brodequins. C’était à propos de Jean-François Billeter pour son récit Une rencontre à Pékin (Allia) et de Christophe Langlois, auteur de Dieu en automne (Cerf). Or il s’avère que les Éditions Allia ont publié en même temps, un autre « petit » livre de Billeter, intitulé Une autre Aurélia.

Ivanhoé à Pekin
Comme écrivent si souvent les frères Goncourt dans leur Journal : « Nous sortons de déjeuner avec Baudelaire au Procope et nous tombons sur Jean-Pierre Dandrelin. Il est curieusement coiffé d’une chapka et revêtu d’un manteau en poil de dromadaire. Comme nous nous étonnons de cet accoutrement, Dandrelin explique que le « super-market » où il va faire ses courses est désormais réglé en température de frigidaire dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. On n’avait pas eu si froid depuis la mission Charcot en Terre-Adélie, antarctique sud, 1933.

Combien de temps doit durer un discours
L’étincelant angelot Macron a prononcé un discours à la Sorbonne devant les étudiants. Cela a duré presque deux heures. Il fallait bien deux heures pour faire le tour de la question franco-allemande, autant dire de la question Europe. Les vingt-six autres pays membres satellites sauront se contenter des miettes laissées sous la table des agapes. Emmanuel Macron est un homme qui n’a pas craint de faire applaudir le drapeau européen pendant la campagne électorale : cela constituait un acte héroïque de même ampleur que le passage du pont d’Arcole par le jeune Bonaparte.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres