Une décision

Une décision
Le blog de Michel Crépu | Publié le : 09/08/2018

Il n’y a sans doute plus que Patrick Besson pour se souvenir de l’étrange Jan Palach, s’immolant par le feu un certain 16 janvier 69, en plein cœur de Prague. L’idée était sans doute de protester contre l’intervention soviétique du mois d’août précédent. On écrit « sans doute » », car Palach était un jeune homme très discret qui n’a pratiquement rien laissé derrière lui, que des cendres. Anthony Sitruk, aux éditions du Dilettante* est parti à sa recherche et il a bien fait. Sinon, il n’y aurait eu personne. Même Besson, dans son article de Match sur l’intervention (du 26 juillet au 1er août) n’y a pas pensé, c’est bête. On le sait bien que cette histoire est en train de devenir illisible. Alors quand il y a une chance de braquer la torche, ça vaut la peine. Mais Besson n’avait pas de torche sous la main, on ne peut pas tout avoir.

Les communistes d’hier ressemblent à des sous-notaires de province, on nous explique régulièrement qu’ils se sentent humiliés alors qu’ils ont apporté tellement de choses en plus du Goulag. Et aujourd’hui, Vladimir Poutine s’occupe de soigner leur ego blessé, tout le monde comprend et compatit. L’Histoire s’écrit à coup d’amour-propre blessé, elle n’a que faire d’écrire la vérité, cette guenille. Et puis avec quoi l’écrire ? Il n’y a pratiquement pas de photos de Palach, braquer la torche sur son cas revient à se pencher sur un puits sans fond où nul n’aura l’envie de descendre. À quoi bon, il est tellement trop tard. En un sens, c’est presque une chance pour l’imagination : pas moyen d’éviter d’avoir à imaginer une vie perdue, si secrète, si intimement décidée. Kafka, puisqu’il faut bien l’appeler sur les lieux, se serait sûrement penché sur son cas. On relit Le Procès et jamais l’histoire qui y est racontée n’aura paru plus terrifiante : Joseph K est convoqué un « dimanche matin » et il y va, renonçant au pic nic prévu. Un dimanche matin ! Tout est déjà résumé là, dans ce dimanche impitoyable auquel Joseph apporte son concours. Car que se passerait-il, s’il n’allait pas au rendez-vous ?

Oui, oui, on sait, cela fait cliché d’introduire Kafka dans le décor. On ne pourrait pas le laisser tranquille, pour une fois ? Il paraît qu’il s’amusait beaucoup, avec ses amis, à la vue du pauvre Grégoire transformé en petit cancrelat et les mésaventures de Joseph K lui arrachaient, dit-on, des larmes de rire. Une prochaine Pléiade, dans une nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre, nous promet de bonnes soirées en perspective. Palach est lisible comme un personnage de Kafka. Une sorte de « champion de jeûne » à sa façon. Comme s’il avait décidé, en son fors intime, de se fixer un objectif inatteignable. Et il l’ a fait. Titre possible : Une décision.

* 192 p., 16,50 euros

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.