Sous le soleil de Satan

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 27/07/2016

Relire Bernanos, par exemple, qui eût trouvé les mots pour qualifier l’inqualifiable. Et comment éviter la redite, à peine une semaine après Nice ? Mais il ne faut pas s’y tromper, ce qui s’est passé hier à Saint Etienne-du-Rouvray n’est pas l’illustration supplémentaire d’une guerre de religion entre deux sœurs rivales. Le christianisme, en France et partout en Europe, a été l’école du libre arbitre, de l’émancipation individuelle. Pour reprendre la formule fameuse de Marcel Gauchet, il a été, et est encore, « la religion de la sortie de la religion ». Si le christianisme suscite désormais une telle haine, c’est pour cette même raison, qu’il incarne, aussi paradoxal que cela semble, le principe même de l’homme libre, moderne. Les bigots nihilistes de Daech ne s’y trompent pas.

Que l’Europe, toute à sa peur d’être elle-même, ne craignant rien tant que d’être obligée d’assumer son propre héritage veuille l’ignorer, c’est son problème intime. Puisse la mort affreuse du père Hamel ouvrir les yeux sur les enjeux de cette guerre folle. Contrairement à ce que l’on répète si niaisement, le christianisme n’est pas une confiture de douceur sulpicienne, bonne juste à tendre l’autre joue. Sortir du cycle de la vengeance, comme René Girard l’expliqua naguère, n’attire pas que des amis. Ainsi le meurtre du père Hamel est-il un acte de guerre adressé à tous les amis de la liberté de l’esprit. L’histoire de l’Europe est l’histoire de cette amitié là : nous en sommes.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.