Nos amis les arbres

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 12/04/2018

Sans conteste, la seule vraie grande vedette de ce printemps est l’arbre. Les publications s’accumulent sur le pauvre comme elles s’accumulaient hier sur le colibri ou les marchands de chapeaux. Il n’y a rien d’émouvant comme d’apprendre qu’un brave promeneur est mort assommé par une branche de chêne qui ne tenait plus. Albert Camus lui-même, qui en connaissait un rayon quant à l’absurde, recule devant ce comble d’injsutice. Un arbre faire du mal au prochain ! De nature lente et pacifique, l’arbre est un peu au brin d’herbe ce que l’éléphant est au fameux colibri déjà évoqué.  Certains musiciens en savent long, comme cette Américaine qui, ayant posté de subtils appareils acoustiques à même le tronc d’un érable en restituait l’activité sonore : eh bien, on avait l’impression d’être à la sortie des bureaux à New York quand tout va mal à Wall Street. Ou bien encore d’être égaré au milieu du périphérique un jour de pointe, quand on se trouve prêt, bave de haine aux lèvres, à en découdre avec son voisin. On peut conclure de ces observations que l’arbre joue un double jeu : cool et calme pour le dehors, Chicago à l’heure de la pègre pour le dedans. Les poètes à flûtiau feraient bien de s’en aviser.  
Dans la collection qu’il dirige aux éditions Klincksieck, "De natura rerum", Eryck de Rubercy publie La matière des arbres. Il botanise ses arbres de prédilection comme en tournant les pages d’un livre rare qui n’existe qu’à peine en trois exemplaires. Celui-ci aura plus de lecteurs, mais Rubercy gardera pour lui certains secrets qui n’appartiennent qu’aux promeneurs du soir, quand les visiteurs  sont repartis. Rubercy connaît cette volupté de longue date, comme si la marche des siècles vers le monde hyper moderne avait décidé de lui ficher la paix. Il lit une lettre de la marquise de Sévigné, elle écrit au comte de Bussy : « Je suis venue ici achever les beaux jours et dire adieu aux feuilles ; elles sont encore tristes aux arbres,elles n’ont fait que changer de couleur : au lieu d’être vertes elles sont aurore, et de toutes sortes d’aurore, que cela compose un brocard d’or riche et magnifique, que nous voulons trouver plus beau que du vert, quand ce ne serait que pour changer. » On a beau dire que le XVIIe siècle ne fait pas beaucoup de place à la nature, la marquise prouve qu’elle connaît son affaire. Et il nous semble que La Fontaine serait aussi de nature à voler au secours des pauvres peupliers « au bord de l’onde ». Il est vrai, Rubercy le note aimablement,  qu’un seul vers de La Fontaine remplace vingt traités de botanique.
On laisse le lecteur butiner à son aise à « travers le printemps floral ». Mais que sont donc ces cris, ces pétards ? Un méchant nous aura guidé sur la route des zadistes de la Notre Dame des Landes où l’on défend sa botte de poireaux avec l’acharnement d’une section d’assaut. Comme c’est étrange ! Ce déchaînement là où ne devraient régner que luxe, calme et volupté. On sent qu’il y a là comme une crispation de civilisation, ce qui en reste. Quelque chose de vital, dans l’air, qui ne veut rien négocier. L’art de vivre en société consiste pourtant précisément à négocier sans cesse. Les arbres savent cela, comme les éléphants qui savent lire, dans le secret de leurs grandes oreilles. Au fond, tout cela pourrait nous ramener à u nouvel épisode de Babar. Babar au milieu des arbres, adjurant l’émeute zadiste d’éviter un bain de sang. Quelque chose nous dit que cela pourrait avoir son petit effet, cette secrète alliance des éléphants avec les grands peupliers. Il y a au moins une chose qui est sûre, c’est que cela amuserait beaucoup la marquise. Elle en profiterait pour dire au comte de Bussy de faire préparer la chambre pour la nuit prochaine. Fenêtre grande ouverte sur la nuit, l’immense frisson des feuilles dans le parc. Nous y sommes.
Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Qui a peur de Boris Johnson ? Qui a peur de Boris Johnson ?
Boris Johnson a beaucoup en commun avec Donald Trump, moins le temps nécessaire à incarner Boris Johnson que n’en avait Trump pour devenir Trump. Qu’a-t il en commun ? Quelque chose qui, devant les événements de la vie politique, se résume à peu près à la formule : « rien à foutre. »

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.