L’homme qui était heureux d’être Jean d’Ormesson

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 05/12/2017

Regardez bien, c’est la dernière fois. À quatre-vingt-douze ans, Jean d’Ormesson referme sur lui la porte d’un monde dont il était l’archétype et qui n’aura pas de successeur. La grande famille, la noblesse, la culture bourgeoise gourmande de ses classiques, ne détestant rien tant que l’épate, l’effet de manche. Dieu sait pourtant que Jean d’Ormesson aimait faire son petit numéro. Personne n’avait comme lui le don d’agacer les cuistres en lâchant des propos d’une élégante banalité, ne visant à rien d’autre qu’à faire preuve de tenue et de bon sens. Dans son genre, une sorte de chef-d’œuvre.

De ses joutes passées avec Bernard Frank dans les colonnes de L’Obs, on retient longtemps après que ces joutes sont éteintes, le plaisir d’avoir assisté au dernier salon à la mode des Lumières. Jean d’Ormesson avait su réunir dans sa personne le goût de la séduction et du raisonnable. On l’a vu en politique, tout le temps qu’il fut directeur du Figaro, à partir de 1970 jusque dans les années 80 : ennemi constant des fascinations extrêmes, défenseur paisible d’une culture libérale qui puisait aux sources du meilleur XIXe siècle qu’il connaissait mieux que personne, Chateaubriand en tête.

Jean d’Ormesson, c’est original, ne souhaitait pas faire preuve d’originalité. Il laissait ce sport à des esprits qu’il jugeait avec ironie plus intelligents et sophistiqués que lui. En cela, il était encore typique d’une époque où il était plus important d’être simple avec élégance que d’innover à tout crin. Cela en agaçait plus d’un, cette façon qu’il avait de snober les snobs, plaisir suprême dont il était seul à apprécier le suc profond. Dans un délicieux récit écrit à moins de cinquante ans, Au revoir et merci, il raconte ses rencontres marquantes, Roger Caillois, Claude Lévi-Strauss, parmi beaucoup d’autres. Il avait fait entrer Marguerite Yourcenar, première femme à l’Académie, mouchant par là certain conformisme qui n’était pas de son genre.

Jean d’Ormesson avait réussi en outre à devenir le bon oncle bibliothécaire de la France qui aime toujours lire un « bon livre ». Dans Au plaisir de Dieu, un best-seller, il racontait une saga familiale qui était aussi une façon d’écrire l’histoire de France au coin du feu. Les lecteurs ne s’y trompèrent pas, faisant un triomphe à ce roman qui donnait à tout le monde le sentiment de s’y retrouver. Ce petit homme pétillant savait donner de son temps en courtoisie, petits mercis qui ne coûtent rien et sont pourtant si rares. Dans cette manière d’être disponible sans effort, Jean d’Ormesson était passé maître. Les livres, les siens, formaient à ses yeux une sorte de distraction qui l’avait mené jusqu’à la Pléiade. Une façon bien d’Ormessonienne de snober le posthume.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Le solitaire de l’Élysée Le solitaire de l’Élysée
Vous souvenez-vous, c’était il y a à peine plus d’un an, Bonaparte-Macron surgissait des caves du Louvre dans l’habit fraîchement démêlé d’un jeune président. Cette victorieuse « campagne d’Italie » ouvrait les portes à l’idée qu’on s’en faisait : un tournant d’époque, et ce tournant emmenait avec lui les dernières vieilleries du siècle précédent. Un an plus tard, l’étincelant jeune homme s’adresse aux Français en lisant ses feuilles.

En attendant l'Intérieur En attendant l'Intérieur
Puisque le ministre de l'Intérieur n'est toujours nommé, replongeons nous dans Vingt ans après où Alexandre Dumas s'offre le luxe de faire revenir ses "potes" les mousquetaires sur le devant. Dumas est avec le roman comme un dompteur de tigres. Il y a une entente subliminale entre l'auteur et ses fauves sans équivalent ailleurs dans la littérature. Aramis vit à la campagne dans un couvent "jésuitique", il se la coule douce mais quand même toujours le doigt sur la rapière, un psautier dans une main, l'épée dans l'autre.

Avez-vous un soir pour Beckett ? Avez-vous un soir pour Beckett ?
Ce sont des choses qui relèvent désormais de l’irrationnel, du délire simple. On enferme celui qui tient de tels propos : Samuel Beckett, l’auteur d’En attendant Godot, prix Nobel de littérature, n’a jamais donné la moindre interview, et c’est son éditeur Jérôme Lindon qui avait fait le voyage de Stockholm à sa place. On a le droit de trouver que Beckett aurait pu faire un petit effort. Ne pas aller à Stockholm recevoir sa médaille de Nobel n’est pas un exploit en soi. Il y avait simplement que Beckett, coutumier de la pénombre, ne se voyait pas en pleine lumière.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.