Le foot est-il populiste ?

Le foot est-il populiste ?
Le blog de Michel Crépu | Publié le : 05/07/2018

Certains beaux esprits le laissent entendre, non sans cette nuance de hauteur dont on se demande à quelle autorité ils la doivent. On se souvient que Philippe Bouvard, aux débuts de Johnny à l’Olympia, deux cents sièges brisés, posait la question de la ressemblance avec un meeting nazi. La suite aura permis de juger si feu Johnny avait de la graine totalitaire dans les cordes vocales. Les turbulences de fin de partie, jusqu’aux plus virulentes, n’ont rien de commun avec les défilés de chemise brune. Et d’ailleurs, quand on mouille le maillot, les couleurs se dissipent. Et puis pour ce qui concerne le rock and roll, on compte sur les doigts d’une main, les concerts qui ont mal tourné. Chacun a en mémoire le sinistre concert des Stones à Altamont, où un jeune fan fut battu à mort par des Hell’s angels à qui l’on avait étourdiment confié la responsabilité du service d’ordre. Les hauts spécialistes du rock ont vu dans cette mauvaise fin de partie le terminal des années du « flower power ». C’est bien possible.

Pour ce qui concerne le foot, le bon sens réclame la distinction essentielle entre « populaire » et « populiste ». C’est le moment ou jamais de montrer un peu d’esprit de finesse, comme aime à dire le président de la République. Il est notable de remarquer au passage que les pays actuellement considérés comme populistes (et qui, de fait, le sont) sont absents de la compétition : Italie, Hongrie, Autriche, Pologne. Il s’y trouve sûrement de bons joueurs, mais personne derrière pour les « pousser ». Autre singularité qui déroute les rapports de force internationaux, la présence de l’Iran, accrochant le Portugal d’un remarqué 1-1. La chose ne sera sûrement point parvenu jusqu’aux oreilles du président américain, qui ne regarde que le base-ball, mais tout de même. Il y avait là, soudain, avec l’Iran quelque chose qui relève de l’oxymore. On ne pensait pas qu’il pouvait se trouver une scène possible pour déplacer, le temps de quelques matchs, l’ordre du jour politique. L’Iran a beau être sous sanction américaine, il n’en a pas moins joué sa partie. Cela n’ a rien guéri, mais qui parle de guérison ?

La critique foot compte dans ses rangs quelques plumes de grande tenue. La NRF s’honore d’avoir publié à plusieurs reprises la prose de Gregory Schneider, critique foot à Libération. Articles que l’on croirait confondre, parfois, avec le compte rendu d’un concert electro-acoustique de l’Ircam aux beaux temps de Pierre Boulez. Didier Deschamps, qui ne cite pas Spinoza ou Wittgenstein, comme Schneider, se contente de dire que jouer au foot c’est mettre le ballon dans la cage. Rarement sport aura été plus simple à définir. Cela laisse de la marge à ceux qui ont envie de s’amuser, comme Schneider. C’est amusant : le foot permet la plus haute sophistication, comme il autorise de jouer du clairon, les deux sont possibles. Y ajoutera-t-on le plaisir d’une bonne soirée entre amis ? Il n’ y a pas , en réalité, de définition plus contraire à l’essence du populisme que la définition footballistique du populaire : un certain bonheur provisoire où le perdant sait le lendemain qu’il sera le prochain gagnant. Ou non. Et alors ? Un ami lecteur de cette chronique nous informe à l’instant qu’une gazette varsovienne a titré naguère de son équipe : « ils se sont battus comme jamais, ils ont perdu comme toujours ». Quel humour sur soi ! Quelle douce ironie !  Si ce n’est de la civilisation, on se demande bien ce que c’est.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.